Connectez-vous

Economie

Fmi : Le Bénin décroche plus de 11 milliards Fcfa

La quatrième revue de l’accord en faveur du Bénin au titre de la Facilité élargie de crédit (Fec) a été achevée par le conseil d’administration du Fmi le 21 juin 2019. Après avoir jugé satisfaisants les résultats du programme pendant la quatrième revue, le conseil de l’institution financière a approuvé un décaissement immédiat de 22,1 millions de dollars en faveur du Bénin.

Publié

le

La quatrième revue de l’accord en faveur du Bénin au titre de la Facilité élargie de crédit (Fec) a été achevée par le conseil d’administration du Fmi le 21 juin 2019. Après avoir jugé satisfaisants les résultats du programme pendant la quatrième revue, le conseil de l’institution financière a approuvé un décaissement immédiat de 22,1 millions de dollars en faveur du Bénin.

Maintenir un déficit budgétaire inférieur à 3 % du PIB en 2019 et en 2020, ainsi que de renforcer la gestion de la dette afin d’orienter le ratio d’endettement fermement à la baisse. Tel est, entre autre les motivations qui ont poussé le Fond monétaire international (Fmi) à prendre une telle décision en faveur du Bénin. Cette décision du conseil d’administration permet de décaisser 15,917 millions de DTS (environ 22, millions de dollars) immédiatement, ce qui porte le total des décaissements au titre de l’accord à 79,585 millions de Dts (environ 110,4 millions de dollars). Les autorités béninoises ont vu aussi leur demande de modification des critères de réalisation relatifs au solde primaire de base, au financement intérieur net et à la nouvelle dette extérieure contractée ou garantie par l’État par le conseil administratif du Fmi validée. Approuvé le 7 avril 2017, cet accord triennal en faveur du Bénin, portant sur un montant de 111,42 millions de Dts vise à appuyer le programme de réformes économiques et financières du Bénin, et met l’accent sur le relèvement du niveau de vie et la préservation de la stabilité macroéconomique.

David Lipton, premier directeur général adjoint et président par intérim, estime à l’issue des débats que les performances macroéconomiques et budgétaires obtenus par le Bénin dans le cadre du programme appuyé par le Fmi restent solides. «Tous les critères de réalisation quantitatifs à fin 2018 et tous les repères structurels ont été observés. Les mesures macroéconomiques et structurelles énoncées par les autorités sont appropriées pour atteindre les objectifs du programme et les risques entourant l’exécution du programme sont jugés gérables », a-t-il déclaré avant d’ajouter que les recettes devraient continuer d’augmenter après 2019, notamment grâce à l’exploitation du plein potentiel de la taxe sur la valeur ajoutée et des accises. Selon lui, un effort supplémentaire sur le plan des recettes permettra de créer un espace budgétaire pour les dépenses sociales et d’éviter de réduire davantage l’investissement public. Il contribuera aussi à la stratégie régionale visant à favoriser la stabilité extérieure au niveau de l’Uemoa. « Pour promouvoir une croissance vigoureuse et inclusive, il sera important de continuer de s’efforcer à améliorer le climat des affaires, à diversifier l’économie et à investir dans le capital humain », conseille le premier directeur général adjoint et président par intérim.

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *