Connectez-vous

Afrique

Interdiction de la commercialisation d’Ivoire : Le Zimbabwe sollicite un assouplissement

L’Union africaine organise conjointement avec les Nations Unies au Zimbabwe en ce moment à Victoria Falls un sommet dédié à la faune sauvage. Profitant de cette tribune, le président zimbabwéens demander à nouveau le droit de vendre son stock d’ivoire.

Publié

le

L’Union africaine organise conjointement avec les Nations Unies au Zimbabwe en ce moment à Victoria Falls un sommet dédié à la faune sauvage. Profitant de cette tribune, le président zimbabwéens  demander à nouveau le droit de vendre son stock d’ivoire.

Le président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa, a plaidé des besoins urgents pour obtenir l’autorisation d’écouler son stock d’ivoire constitué par les défenses saisies ou retrouvées dans la nature. Selon lui, avec les 600 millions de dollars escomptés, il dit pouvoir financer l’entretien de ses réserves naturelles pendant vingt ans. Il  peut compter sur le soutient de plusieurs pays de la région, là où sont concentrés les derniers éléphants vivants du continent : 470 000 aujourd’hui contre un million dans les années 70. Non seulement le Zimbabwe, mais aussi la Namibie, la Zambie et le Botswana souhaitent un allègement de cette interdiction du commerce de l’ivoire inscrite dans le droit international depuis 1989.

Cet allègement souhaité par ces pays n’est pas forcément à l’origine des motivations économiques. Au Botswana où la chasse à l’éléphant vient d’être rétablie, avec une limite de 400 animaux abattus par an, cette activité est mineure, l’économie du pays est dopée par le diamant et de plus en plus par le tourisme et les safaris photos prisés par les amateurs de la vie sauvage. Le Botswana est l’un des derniers havres pour les éléphants, un tiers des pachydermes répertoriés en Afrique y sont installés et c’est vrai qu’ils y commettent aussi des dégâts. C’est donc surtout pour gagner les suffrages des ruraux excédés par ces dommages que le président Masisi a pris cette décision avant la présidentielle du mois d’octobre.

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *