Connectez-vous

Actualité

55ème session ordinaire de la CEDEAO : Le ministre des affaires étrangères fait le point de la participation du Bénin

Pour ce qui concerne le Bénin, il y a eu le rapport sur la taxe Fox sur la libre circulation des biens et des personnes, de la liberté d’établissement et du fonctionnement harmonieux des corridors. Je suis heureux de vous dire que le Bénin a été félicité parce qu’il est le premier pays classé premier au nombre des pays qui ont respecté les engagements qui ont été pris par les divers Etats …

Publié

le

Le ministre des affaires étrangères et de la coopération du Bénin, Aurélien Agbénonci, s’est adressé à la presse, au salon d’honneur de l’aéroport international de Cotonou, Cardinal Bernardin Gantin ce samedi 29 juin 2019. Le patron de la diplomatie béninoise a fait le point de la participation du Bénin à la 55ème session de la conférence des Chefs d’Etas de la CEDEAO. A l’en croire, le Bénin a été félicité à double titre au cours de ces assises. D’abord, pour avoir été, le pays ayant le mieux respecté les directives en matière de facilité, pour la circulation des personnes et des biens dans l’espace communautaire. Ensuite, pour l’issue favorable, et le retour au calme après les crises électorale et post-électorale dans le cadre des législatives du 28 avril 2019. On retient aussi qu’après la présentation d’un rapport spécial sur la question de la monnaie unique, les chefs d’Etats ont affiché leur détermination pour la concrétisation de ce projet. Les Etats qui traînent les pas devront prendre le train en marche, comme ce fut cas pour d’autres communautés dans le monde notamment l’Euro.

Déclaration,

Nous venons de rentrer d’Abuja où le Chef de l’Etat s’est rendu pour prendre part à la 55ème session ordinaire de la conférence des chefs d’Etats et de gouvernement de la CEDEAO. Il s’agit bien entendu d’un sommet statutaire qui a connu la participation de la quasi-totalité des Chefs d’Etats. Seul le Sénégal et le Cap Vert étaient représentés au niveau ministériel. Le chef de l’Etat a participé lui-même à cette session ordinaire de la conférence. Au cours de cette session, ils ont examiné le rapport du président de la commission de la CEDEAO, le rapport de la 42ème session ordinaire du conseil de médiation et de sécurité, le rapport de la 82ème session du conseil des ministres et des rapports spéciaux. Au nombre de ces rapports, il y a eu un rapport sur la situation politique en Guinée Bissao, un rapport spécial sur la monnaie unique de la CEDEAO, un rapport sur la question des mariages liés aux enfants et la conférence a eu un point inaugurale pour s’entendre sur la désignation du prochain président en exercice de notre communauté.

Pour ce qui concerne le Bénin, il y a eu le rapport sur la Task Force sur la libre circulation des biens et des personnes, de la liberté d’établissement et du fonctionnement harmonieux des corridors. Je suis heureux de vous dire que le Bénin a été félicité parce qu’il est le premier pays classé premier au nombre des pays qui ont respecté les engagements qui ont été pris par les divers Etats s’agissant de la libre circulation des personnes et des biens et aussi le dégagement du corridor pour permettre aux citoyens de la CEDEAO d’aller et de venir. Le Bénin a été classé pour cela et aussi pour l’établissement des étrangers chez nous. Bien entendu, les Chefs d’Etats ont au cours de leur section à huit clos,  se sont exprimés sur les sujets de préoccupation qui sont ceux de la CEDEAO en ce moment. Et ce que j’ai retenu en ce qui concerne le Bénin, il y a le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara qui a salué l’esprit d’ouverture du Président face que nous avons connus après les élections législatives au Bénin, de même que le Président du Ghana qui s’est réjoui de ce que la situation se soit améliorée dans notre pays.

Le Président a profité de son passage à Abuja pour avoir quelques entretiens particulier avec certains de ses paires et je crois savoir qu’il y a une convergence de vue entre lui et ces Chefs d’Etats qu’il a rencontré. C’est un sommet ordinaire.

Advertisement

En termes de substance, le sommet s’est préoccupé de ce que les ressources financières de notre communauté, devrait-être améliorées. Le Bénin en ce qui le concerne est non seulement à jour mais fait partir des pays qui font le reversement obligatoire après les prélèvements qui ont été décidés dans le  cas de la CEDEAO. Le consensus était en train de s’établir pour que le prochain président de la communauté soit le Président du Niger, Issoufou Mahamadou.

Il n’y a pas eu de rapport spécial sur le Bénin. Lorsque le Président de la commission de la CEDEAO a fait son rapport politique, il a mentionné qu’à l’occasion des élections législatives au Bénin, au nom des diverses missions qui se sont rendues dans le pays. Il a mentionné que la CEDEAO et les Nations-Unis, le bureau de représentation spécial basé à Dakar, ont, à l’occasion de ces élections, fait une déclaration rendue publique où ils appelaient tous les partis politiques au Bénin de s’entendre pour que ces élections se déroulent dans de bonnes conditions. Les interlocuteurs et les autres personnes qui sont intervenues ont salué l’esprit d’ouverture du Président et du fait que la situation au Bénin soit calmée. En aucun moment, un rapport spécial sur le Bénin n’a été présenté. Ce sont des rumeurs.

Les Béninois savent trouver les solutions à leurs problèmes. Le Chef de l’Etat n’a pas un mystère lorsqu’il a reçu les sages et notables, des têtes couronnées, des cadres de la localité où il y a eu des violences. A la suite des échanges, le Chef de l’Etat a fait suite à la demande qui a été faite par ces personnalités et le blocus a été levé puis ces personnes ont pu rencontrer l’ancien Chef de l’Etat qui a pu quitter le territoire. Il n’y a pas eu d’interventions extérieures particulières dans la résolution de cette situation de tension que nous avons connue. Nous avons trouvé de solution à notre problème avec des ressources internes. Les béninois sont capables de se parler, de trouver les voies et moyens d’échanger pour avoir des compromis et trouver des solutions pour sortir de toutes les situations de tension qu’il peut connaître.

L’espoir est permis. La création de la monnaie unique a fait l’objet d’un rapport spécial effectivement. La création de cette monnaie répond à des conditions que tous les pays n’ont pas encore rempli. Mais la dernière conférence des ministres qui a eu lieu à Abidjan, il y a quelques jours, a fait l’état des lieux qui a été présenté. L’objectif retenu aujourd’hui est 2020 mais ce que j’ai cru comprendre dans les échanges des divers chefs d’Etats, c’est qu’on puisse s’inspirer de l’expérience des autres parties du monde où en voulant leur monnaie unique, ils sont passés par le système où les groupes qui remplissaient les critères de convergences ont pu s’engager dans un groupe d’une monnaie unique et les autres les ont rejoint progressivement. C’est l’exemple de l’Europe. Je crois qu’on s’achemine vers une situation comme celle-là parce que nos Nations sont en situations de développement assez différent. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas poursuivre cet objectif qui est le plus important.

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *