Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Société

Le chirurgien pédiatre Serge Mètchihoungbé au sujet des testicules non descendus : « Cette pathologie après l’âge de 2 ans peut causer un cancer mortel… »

Le souhait de tous les géniteurs est de voir leurs enfants mâles naître avec tous ses organes en place et en forme. Malheureusement, certains nourrissons naissent sans leurs testicules dans le scrotum. Dans cette interview, Dr Serge Mètchihoungbé, chirurgien pédiatre au Centre national hospitalo-universitaire explique les dommages causés par ce phénomène s’il n’est pas vite pris en charge et prodigue quelques conseils pour l’éviter.

Publié

le

Le souhait de tous les géniteurs est de voir leurs enfants mâles naître avec tous ses organes en place et en forme. Malheureusement, certains nourrissons naissent sans leurs testicules dans le scrotum. Dans cette interview, Dr Serge Mètchihoungbé, chirurgien pédiatre au Centre national hospitalo-universitaire  explique les dommages causés par ce phénomène s’il n’est pas vite pris en charge et prodigue quelques conseils pour l’éviter.

Qu’entend-on par testicule non descendu ?

On parle de testicule non descendu lorsqu’il y a une absence permanente du ou des testicules au fond du scrotum appelé  les bourses. Dans ce cas, il s’agit d’une ectopie testiculaire ou de la cryptorchidie.

Il faut préciser que l’ectopie testiculaire se présente sous diverses formes selon les sujets.  Elle peut être unilatérale (lorsque c’est un testicule qui est absent dans l’une des bourses) ; comme elle peut être bilatérale (absence des deux testicules).

On parle également d’ectopie testiculaire croisé lorsque l’un des testicules au cours de sa descente dans sa bourse dévie et va se mettre dans une seule et même bourse que le second.

Quelles sont les causes d’une telle anomalie ?

Pour mieux cerner les causes de cette anomalie, il faut d’abord comprendre l’embryologie de la migration ou de la descente des testicules. En effet, le testicule ne naît pas directement dans la bourse mais en région lombaire et c’est après qu’il commence par migrer petitement pour descendre vers la bourse. Cette descente se fait grâce à l’action des hormones comme la testostérone …, à la longueur des vaisseaux testiculaires et à un élément fibreux appelé le « gubernaculum testis » (un élément fixé au fond du scrotum et au pôle inférieur du testicule en haut) qui se charge de tirer le testicule vers le bas. Alors si un enfant, au plan embryologique, n’a pas par exemple assez de testostérone avant la naissance, la migration testiculaire aura des problèmes. Il en sera de même lorsque les vaisseaux testiculaires sont courts ou malformés. Le « gubernaculum testis » peut aussi causer un trouble de la descente testiculaire. En outre, lorsque pour une raison ou une autre, un embryon présente une tumeur ou quelque chose d’autre du genre sur la trajectoire de la descente du testicule, il y aura un arrêt de la migration testiculaire.

Comment se manifestent les testicules non descendus ?

Les enfants dont les testicules ne sont pas descendus présentent une ou les deux bourses vides. Dans ce cas, l’absence d’un ou des deux testicules est remarquable au toucher. C’est cela la manifestation principale de l’ectopie testiculaire. Mais chez certains enfants, le testicule absent dans la bourse se retrouve dans la région de l’aine (entre l’abdomen et la cuisse) et cela leur fait très mal. Chez d’autres enfants, le testicule absent n’est pas du tout palpable. Je voudrais préciser que la descente testiculaire devrait normalement être chose faite quand l’enfant a huit mois ou au maximum neuf mois dans le sein maternel. Donc, si à la naissance le testicule n’est pas dans la bourse, l’organisme même par un mécanisme donné se charge de le faire descendre au plus tard à l’âge d’un an. Ainsi, un enfant qui n’a pas encore un an et dont les testicules ne sont pas en place n’est pas encore malade car ses hormones peuvent toujours agir afin de les amener dans les bourses. L’absence des testicules dans les bourses devient pathologique à partir d’un an de vie extra-utérine chez l’enfant.  

La retrouve-t-on uniquement chez les enfants ?

Non, il y a d’autres formes de manifestations qu’on peut avoir. En fait, il y a certaines personnes qui n’ont pas leurs testicules en place et qui négligent cela. Et c’est beaucoup plus tard, à l’âge adulte quand elles se marient et constatent leur incapacité à concevoir, qu’elles découvrent en consultation que leurs testicules ne sont pas en place. Il existe une autre forme d’ectopie dite d’origine iatrogène. En effet, cette sorte d’ectopie intervient lorsqu’on opère un homme pour une hernie et qu’on ne prend pas la peine de repositionner correctement les testicules au fond des bourses, cela peut les amener à être légèrement en haut.  Il faut souligner que l’ectopie iatrogène n’est pas d’origine malformative.

Il est donc clair que l’ectopie testiculaire se retrouve non seulement au niveau des enfants mais également des adultes.

Cette pathologie est-elle si récurrente au Bénin ? Si oui, quel en est le taux ?

Nous avions effectué une mission foraine à  Porto-Novo. C’est en ce moment  que j’ai remarqué qu’il y a là-bas beaucoup de cas d’ectopie testiculaire. Sur mille naissances, on peut avoir un cas. Il faut noter que le taux est nettement plus élevé chez les enfants prématurés. C’est pourquoi il est dit qu’à leur niveau, il y a 20% de cas d’ectopie testiculaire. Lors de mes consultations, sur dix patients il en y a un qui présente ce mal.

Quelles en sont les conséquences à court et long termes sur le patient ?

Lorsque l’enfant est petit, il n’a encore conscience de rien. Ce sont les parents qui sont gênés. Au moment où il commencera à aller à l’école et que ses camarades vont s’en rendre compte, cela peut être discriminatoire pour lui. Cette 1ère conséquence est psychologique.

Quand les parents ne font pas vite soigner l’enfant, ses testicules à l’âge de  deux ans vont progressivement être détruits par des substances libérées par l’organisme. A vrai dire, puisqu’ils ne sont pas faits pour rester au fond de l’abdomen, la chaleur dégagée naturellement par ce dernier contribue à leur dégradation. A partir de ce moment dans les testicules, les cellules productrices d’hormones et de spermatozoïdes vont être peu à peu détruites. De ce fait, le patient aura des troubles dans l’élaboration des hormones et dans la production des spermatozoïdes. 

Il faut signaler que lorsque l’enfant a une ectopie testiculaire unilatérale qui n’est pas rapidement prise en charge, les anticorps libérés par l’organisme pour détruire le testicule présent dans l’abdomen  vont aussi détruire sans discernement le deuxième se trouvant dans l’une des bourses. Une fois les deux testicules ainsi anéantis, l’enfant plus tard ne pourra pas concevoir quoi qu’ayant un testicule dans la bourse d’où la stérilité chez le patient plus tard.

Une autre conséquence de cette pathologie est le cancer. En effet, un testicule qui n’est pas à sa place est susceptible de se cancériser.

Par ailleurs, le patient peut avoir une torsion aiguë sur testicule ectopique c’est-à-dire que le testicule se tord sur lui-même. Ceci empêche le sang de circuler normalement dans les vaisseaux testiculaires, ce qui entraîne la pourriture du ou des testicules.

Quelles en sont les mesures préventives ?

Il n’y a vraiment pas de mesures préventives avant la naissance de l’enfant. Il faut tout simplement bien suivre une grossesse. Une fois l’enfant mâle né, il est important de vérifier si ses testicules sont bien au fond des bourses. S’ils ne s’y trouvent pas, l’enfant doit être laissé jusqu’à un an où l’organisme est susceptible de corriger l’anomalie. Si après un an, il ne parvient pas à le faire, l’enfant doit être emmené à l’hôpital pour être soigné.

Quelles en sont les mesures curatives ?

Le traitement sera un  peu différent en fonction des cas. Lorsque le testicule non descendu est palpable, on peut à travers une opération chirurgicale l’amener dans sa bourse. Ce type de traitement est appelé un apaisement testiculaire et est surtout faisable si les vaisseaux testiculaires ont la longueur nécessaire. C’est le cas le plus fréquent. Cependant, si les vaisseaux du testicule  sont assez courts et ne permettent pas de le descendre jusqu’au niveau de la bourse, nous pouvons l’amener à un certain niveau et l’y fixer. Après cela, nous laissons l’organisme allonger lui-même  ces vaisseaux. Aucun médicament n’est utilisé à ce niveau car l’organisme même se chargera de créer un autre réseau de vaisseaux environ 6 mois plus tard. Et là le testicule pourra être remis à sa place.

Mais lorsque le testicule n’est pas palpable et que les vaisseaux sont trop courts, on est obligé de faire  une cœlioscopie.  Dans ce cas, les vaisseaux sont carrément coupés.

Au cas où les deux testicules sont complètement détruits et enlevés, on procède à la mise en place de prothèses testiculaires dans les bourses. Certes, un tel homme devient infertile mais il aura des « testicules » visibles lui épargnant une certaine honte.

Vos conseils

Je voudrais demander aux parents de vérifier déjà à la naissance de leurs enfants mâles la présence effective des testicules dans les deux bourses. Il y a des mères intelligentes qui le font et je pense que c’est une très bonne attitude  à encourager. Lorsque vous remarquez une telle anomalie chez votre fils, emmenez-le en consultation chez un chirurgien pédiatre pour être soigné. S’il a déjà un an, il faudra l’opérer, mais  s’il n’a pas encore un an on peut l’emmener en consultation pour savoir ce qui ne va pas chez lui.  Il est fortement conseillé de traiter ces enfants avant l’âge de  deux ans  pour réduire  les conséquences de l’anomie sur les testicules.

Si malheureusement le patient n’est pas pris en charge à temps, il urge tout au moins qu’on l’opère quel que soit son âge afin de  ramener le testicule au fond de la bourse. Sinon, le testicule laissé dans l’abdomen va pourrir et entraîner un cancer que l’on ne pourra pas vite diagnostiquer, ce qui peut causer la mort du patient. Or, lorsqu’il est au fond de la bourse et que le cancer survient, il va commencer visiblement à s’enfler. Le diagnostic pourra, dans ce cas, être vite réalisé. Ainsi, la vie du patient sera épargnée car même si désormais il est stérile, il faut néanmoins qu’il vive.

Continuer la lecture
Advertisement
Commentaires

2 Comments

  1. Dossoumon

    9 juillet 2019 at 21 h 23 min

    Le Dr Serge a opéré mon garçon d’une hernie ombilical à Abomey dans le cadre de la mission de « chaine de la solidaruté ». C’est un excellent Dr. Merci au Dr serge

  2. Arnaud GAFFAN

    12 juillet 2019 at 9 h 20 min

    Merci

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *