Connectez-vous

Afrique

Libye : des armes françaises aux mains des forces de Khalifa Haftar

Dans ces colonnes de ce mercredi, le quotidien américain, le New York Times a révélé la présence d’armes françaises dans l’arsenal de Khalifa Haftar.

Publié

le

Dans ses colonnes de ce mercredi, le quotidien américain, le New York Times a révélé la présence d’armes françaises dans l’arsenal de Khalifa Haftar.

De troublantes révélations sur la Lybie, pays sous embargo militaire. Selon le quotidien américain, New York Times, des missiles de l’armée française se retrouvent aux mains des forces de Khalifa Haftar. Alertées sur cette information, les autorités françaises reconnaissent que les missiles Javelin sont effectivement à Gheryan. Toute de même, Paris a tenté de rassurer que ces armes sont hors d’usage et devraient être détruites. Fabriqués par les Etats-Unis chez Lokheed Martin, ces instruments de guerre ont été cédés à la France en 2010 à raison de 278.000 dollars l’unité. La présence de ces armes sophistiquées sur le territoire libyen avait suscité des remous. Après la prise de Gheryan courant juin des mains des forces Khalifa Haftar, les forces d’union nationale attribuaient ces missiles aux Émirats arabes unis. Une accusation que Abou Dhabi, l’allié des États-Unis et de Khalifa Haftar, avait balayé du revers de la main. Face à cette question, le département d’État américain n’est pas resté insensible. Il a mené une enquête sur ces missiles de grandes portées. Et les conclusions de ce rapport transmis au congrès ont été découvertes par les journalistes du quotidien de New York Times qui a ébruté l’information. Dans le Sud de la Libye, le groupe Etat islamique a relancé ses activités. A ce titre, Washington redoute une éventuelle récupération de ces missiles par ces terroristes. La Libye est sous embargo militaire en 2011, depuis la chute du colonel Kadhafi. En la matière, la France ne manque pas d’argument pour se justifier dans ce dossier qui défraie la chronique. A en croire le ministère des Armées, «ces armes étaient destinées à l’autoprotection d’un détachement français déployé à des fin de renseignement en matière de contre-terrorisme. ». Depuis la mort du guide libyen, ce pays est le théâtre d’une guerre infernale. Deux forces contrôlent la Libye depuis 2011 sous l’influence des puissances étrangères. D’un côté les forces de l’union nationale et de l’autre, les forces de Khalifa Haftar soutenues par les américains.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *