Connectez-vous

Afrique

Soudan : Des difficultés dans la signature du protocole d’accord de transition

Après moult négociations et un accord trouvé par les militaires et la partie civile pour un accord transitoire, la signature dudit document peine à se concrétiser. Il prévoyait une transition de trois ans et trois mois et un partage des postes dans le Conseil souverain.

Publié

le

Après moult négociations et un accord trouvé par les militaires et la partie civile pour un accord transitoire, la signature dudit document peine à se concrétiser.  Il prévoyait une transition de trois ans et trois mois et un partage des postes dans le Conseil souverain.

Le dialogue peine à aboutir. L’association des professionnels soudanais a annoncé avoir rencontré dans la nuit de samedi au dimanche 14 juillet les militaires, et mené des discussions jusqu’à l’aube. L’APS affirme que « les deux parties seraient toujours d’accord pour une transition de 39 mois, avec le même partage du pouvoir au sein du Conseil souverain. La formation de la nouvelle Assemblée serait retardée de trois mois et la création d’une commission d’enquête serait maintenue. Le document demanderait aussi un soutien de la communauté internationale ». Il ajoute par ailleurs qu’une nouvelle version du texte a été produite vendredi « Nous avons beaucoup d’observations », a-t-il déclaré.

 Le retard constaté dans l’aboutissement du processus de transition suscite déjà la suspicion dans le camp des civiles. Le document en lui-même relève déjà des insatisfactions dans le camp du parti communiste qui a dit qu’il ne reconnaîtrait pas l’accord final  parce qu’il ne prévoyait pas d’enquête internationale, ni de réforme des forces de sécurité. En attendant, le mouvement de protestation repart de plus belle avec des grandes manifestations suivies d’une semaine d’hommage aux victimes.

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *