Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Genre

Uemoa : Les femmes intervenant dans le secteur des mines et du pétrole en conclave

Vaincre le signe indien. Elles se sont données rendez-vous, du 17 au 19 juillet à Cotonou, pour réfléchir sur comment mutualiser leurs efforts, aux fins de s’épanouir dans un secteur réputé ‘’masculin’’.

Publié

le

Vaincre le signe indien. Elles se sont données rendez-vous, du 17 au 19 juillet à Cotonou, pour réfléchir sur comment mutualiser leurs efforts, aux fins de s’épanouir dans un secteur réputé ‘’masculin’’.

« Cette 4ème réunion nous permettra de redynamiser le réseau. Parce que nous n’avons pas pu nous réunir depuis 2016. Il y a pleine de mutations qui se sont produites dans le secteur minier et il faut bien que nous fassions un état des lieux, qu’on redynamise avec les nouveaux pays entrants… », a déclaré la coordinatrice du réseau des associations de femmes des secteurs minier et pétrolier de l’Afrique de l’Ouest (WIMOWA), Aïda Tamboura à l’ouverture des travaux, ce mercredi 17 juillet à l’hôtel Azalaï de Cotonou.  

Elle va expliquer aussi, que le réseau dispose d’un programme triennal élaboré à Ouaga en 2015, et qui n’a pu être exécuté. « Nous sommes également là pour le mettre à jour, voir donc par quels moyens nous allons atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés », précise Aïda Tamboura qui est aussi la présidente de l’Association des femmes du secteur minier du Burkina Faso (AFEMIB).

Pour le représentant résidant de la commission de l’Uemoa, Komlan Agbo : Faire du secteur minier un levier de développement économique et social des Etats membres, tel est entre autres, l’objectif visé par les hautes autorités de l’Union, notamment la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Uemoa, en adoptant en décembre 2.000 la politique minière commune. Mais l’atteinte de cet objectif implique des actions multiformes parmi lesquelles, le renforcement de la participation de l’ensemble des acteurs du secteur dont celle des femmes. Car, connu comme un domaine d’activités à prédominance masculine, le secteur extractif enregistre aujourd’hui de plus en plus de femmes.

« Vous êtes présentes à divers maillons de l’activité minière, tant au niveau artisanal qu’industriel, mais également opérant dans les activités connexes. Toutefois, cette participation demeure faible et mettra du temps à assurer votre bon positionnement dans le secteur si elle n’est pas soutenue par des formes d’organisation, des cadres de mutualisation d’expérience et d’échanges d’informations… ». Tels sont les mots d’exhortation du représentant résidant de la commission de l’Uemoa, Komlan Agbo.  

En président les travaux d’ouverture de cette 4ème réunion des associations nationales des femmes du secteur minier et pétrolier de l’Afrique de l’ouest (WIMOWA), le Directeur adjoint de cabinet, du ministre béninois en charge des mines, a déclaré qu’à travers la création du réseau Women In Mining Of West Africa (WIMOWA),  elles ont démontré que ce secteur, autrefois dit masculin est également le secteur d’exhibition du professionnalisme féminin. C’est à juste titre que le gouvernement béninois ait porté l’Association des femmes du secteur minier du Bénin. « Convaincu de ce que la synergie des actions constitue une condition d’efficacité des politiques et stratégie de développement, je reste persuadé que la présente réunion annuelle s’inscrit dans le sens d’un appui à la mise en œuvre du nouveau code minier de l’Uemoa dont le processus d’approbation est en cours », a laissé entendre le Directeur adjoint de cabinet, représentant le ministre béninois des mines, Samou Seidou Adambi.  

Il faut rappeler que WIMOWA est une plateforme influente qui défend les intérêts socioéconomique et professionnels des femmes des secteurs minier et pétrolier en Afrique de l’ouest. En plus des huit (8) pays de l’Uemoa, la Guinée Conakry a rejoint le réseau, et le Ghana est un invité à cette 4ème réunion qui se tient à Cotonou.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *