Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Société

Bénin : Magloire Boko propose un outil pour évaluer la qualité des prestations en imagerie médicale

« Développement d’un référentiel pour l’évaluation de la qualité des prestations en imagerie médicale au Bénin ». C’est le thème du mémoire de soutenance de master en santé publique présenté dans la matinée de ce lundi 22 juillet 2019 à l’Institut Régional de Santé Publique Alfred Comlan Quenum à Ouidah par l’impétrant Mètogbé Magloire Boko, inspecteur d’Action Sanitaire (Imagerie Médicale).

Publié

le

« Développement d’un référentiel pour l’évaluation de la qualité des prestations en imagerie médicale au Bénin ». C’est le thème du mémoire de soutenance de master en santé publique présenté dans la matinée de ce lundi 22 juillet 2019 à l’Institut Régional de Santé Publique Alfred Comlan Quenum à Ouidah par l’impétrant Mètogbé Magloire Boko, inspecteur d’Action Sanitaire (Imagerie Médicale).

Un travail de recherches accepté le jury. Selon les membres du jury, l’impétrant a abordé un sujet rare et osé dans sa filière qui est celle  de la qualité des Soins et Gestion des Services de Santé. L’impétrant assure qu’il existe au Bénin une grille qui évalue la qualité des prestations dans les hôpitaux et dans cette grille l’imagerie médicale (la radiologie, l’échographie, le scanner et l’IRM) n’est pas prise en compte, raison pour laquelle il a proposé un outil pour mesurer et apprécier la qualité des prestations rendues dans ces services de nos centres de santé. Par ailleurs, Mètogbé Magloire Boko propose que les dirigeants évaluent les services d’imagerie qui existent, les rendre conforme aux normes, fermer les illégaux pour les amener à se conformer aux normes, maintenir ces dernières pour atteindre les objectifs de santé publique afin d’assurer la satisfaction.

Le Bénin ne dispose pas de dosimètre

Actuellement, le Bénin ne dispose pas de dosimètre parce qu’il n’y a pas de laboratoire fonctionnel pour les lire. Il est bon de porter les dosimètres pour mesurer la quantité de radiations que l’on a reçues. L’impétrant exhorte les gouvernants à évaluer les services d’imagerie au Bénin, les surveiller afin que les patients ne prennent pas de rayons secondaires inutiles pour réduire le risque de survenu des maladies liées aux radiations ionisantes notamment les cancers.   

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *