Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Musique

Fikira, du trio Apouké au sujet de l’album Keys of future : « Nous appelons tous les africains à prendre conscience de nos traditions »

Publié

le

La terrasse Trio Apouké a accueilli le mardi 23 juillet la présentation du nouvel album Keys of future du groupe du même nom.  Fikira était accompagné de Kékéli, pour annoncer la nouvelle. Enfin, une autre bonne nouvelle depuis leurs séparations. Fikira revient ici sur ce nouvel album.

Parlez-nous de votre nouvel album « Keys of future »

Le nouvel album est intitulé « keys of future ». Cela signifie : clés pour le futur. C’est un album de 17 titres qui va sortir le 15 août prochain lors de la célébration de la fête de l’igname, c’est-à-dire qu’on aura d’abord à manger de l’igname pilée avec les amis, ensuite on va faire un beau concert pour présenter le disque.

Pourquoi le titre « Keys of future » ?

Clés pour le futur, parce que nous avons eu à faire nos expériences  et nous pensons que dans nos traditions, il y a de la science et par n’importe  laquelle. Il y a de la science pour le futur, c’est de la science avancée et nous appelons par cet album tous les africains à prendre conscience du contenu de nos traditions. Parce que là-dedans, comme on le dit un trésor est caché, là-dedans il y a de la science qui va servir l’humanité 30 ou 50 ans après. En bref, nos traditions vont être des clés pour la science du futur.

Parlant de tradition et de technologie, avez- vous des exemples précis concernant la technologie africaine à donner ?

En parlant de technologie avec un exemple précis vous voyez ce que je porte là, c’est un talisman. Les chinois ont un truc de ce genre quand vous portez ça, on vous dit que c’est un canalisateur d’ondes et de vibration. Ça vous débarrasse des ondes négatives  et nos ancêtres aussi ont ça. Ils préparent celà avec des feuilles, des paroles, des incantations  et la personne qui le porte est souvent éloignée de tout ce qui est négatif. Comme vous me voyez là je suis tout beau, tout mignon et je suis rayonnant. C’est ce talisman qui fait ça. Quand les problèmes arrivent et que tu as ce genre de talisman, tu as un autre  mode de pensée. Ta manière de penser  se transforme parce que tu portes ce genre de chose. Tu es positif et tout ce que tu reçois en toi est positif. Tu ne penses pas automatiquement aux problèmes, il y a des pensées positives qui naissent et qui peuvent te permettre de résoudre ces problèmes sur-le-champ. Si par exemple j’ai des loyers à payer et que je n’en ai pas les moyens à la date prévue, j’appelle le propriétaire et lui demande de se patienter encore quelques semaines pour être satisfait. Il va te comprendre parce que tu portes ce talisman, tu n’auras pas de problème. Voilà un exemple précis de ce que nous sommes en train de dire.

Alors pensez- vous que cela pourrait donner un bon résultat chez les béninois ?

Moi je l’expérimente, j’en suis un exemple. Mais attention ! Les Béninois ils vont …. Bon, je n’ai pas envie de rentrer dans un débat religieux. Des Béninois vont à l’église mais après, ils se retrouvent chez les marabouts. C’est la réalité.

Votre mot de la fin ?

C’est de dire merci. En effet, ce que nous apportons comme message peut surprendre certains, ça peut paraître révolutionnaire mais c’est la vérité. Nous précisons que nous ne sommes pas des scientifiques pour rentrer dans des débats de démonstrations terre à terre mais nous sommes des artistes et le rôle de l’artiste est de conscientiser et pour conscientiser il suffit de constater. Nous constatons donc que nos traditions portent des richesses, des valeurs et  peuvent produire des résultats et quand un processus peut produire des résultats on peut conclure que c’est de la technologie. C’est une technique qui est utilisée et cette technique on peut la mettre en valeur et la  vendre dans le futur parce que nous remarquons que nos ancêtres faisaient des jarres, des choses que les gens vont peut-être découvrir dans le futur, dans 50 ans.

Propos recueillis par : Marina HOUNNOU(Coll.)

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *