Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Chronique

ACE 2008: doivent-ils rire ou souffrir?

Publié

le

« Dieu fabrique l’enfant et l’enseignant le façonne ». En tant que tel, l’enseignant est le prolongement de la main créatrice. Sa vocation est noble et sacrée. Celui qui accepte porter cette charge mérite tous les honneurs et tous les hommages de la Nation! Car, la noblesse de ce métier ne peut se séparer de trois valeurs intrinsèques: compétence, sacrifice, dignité. Ce n’est qu’à ce seul prix que l’enseignant pourra incarner cette figure emblématique porteuse de flambeau du savoir pour dissiper les ombres de l’ignorance dans la tête de l’enfant. Et c’est le premier pilier de ce tripier de valeur qui semble être remis en cause dans le débat noséabond auquel on assiste actuellement. J’ai hésité, longtemps hésité avant de m’autoriser à entrer dans ce débat, parfois de bas de ceinture. Des interrogations résonnent alors dans ma tête. Comment peut-on décréter que des gens, qui depuis 12ans se sacrifient avec dignité au service de la Nation, sont simplement incompétents? Le diagnostic fait du système éducatif révèle t-il que les enseignants (ACE 2008) sont à la base de la faiblesse du système ? Les parents et l’État n’ont-ils pas leur part de responsabilité ? Pour autant, doit-on changer aux enfants de parents ou devons nous changer de gouvernement pour aboutir à une éducation performante? Je trouve que s’il y a problème, il mérite d’être abordé autrement, messieurs les gouvernants de mon pays.

Moi je crois, je pense, je suis convaincu que la majorité des enseignants de cette promotion sont bien compétents. C’est un postulat auquel j’adhère sans réserve. Douter de cela, c’est oublier que ce sont ces reversés qui ont formé les ACE 2014 et 2016. Les élèves seraient-ils compétents et leurs maîtres non? Les résultats élogieux des derniers examens ont-ils été possibles en dehors de ces enseignants? Il faut que cesse la stigmatisation. Ce qui est le plus affligeant, c’est l’attitude de certains esprits dépourvus de tout soupçon d’intelligence qui trouvent en cette situation des mobiles de jubilation. C’est la preuve que nous avons besoin dans ce pays d’une thérapie collective pour guérir de notre jalousie et de notre méchanceté maladive. Mais bon, revenons aux ACE 2008.

Il est vrai, et l’honnêteté intellectuelle mérite qu’on le dise, que ce programme de reversement n’a pas été conduit avec rigueur et sincérité. Des politiques ont fait enrôler des cancres, des gens qui savaient justes faire trois phrases et demi en français, des cousins, des cousines, des neveux, des maitresses qu’on a arraché à leur oisiveté et parachuté dans le système éducatif. Nos écoles primaires souffrent malheureusement de ces cas désespérants. Il y a aussi ceux qui, par le secours de parrains ou à coup de plusieurs centaines de mille, sont entrés frauduleusement dans la base de données 2, 3, 4, 5, voire 6ans après le recensement. Le programme s’est trouvé ainsi pervertir par l’attitude malsaine de certains individus à la morale en berne. Mais, il me semble que ces cas, sont de loin marginaux par rapport à la grande masse intègre qui s’est toujours sacrifiée dans des conditions exécrables pour servir dignement la République. A ceux là, on ne peut imputer la responsabilité des malhonnêtes.

Face à cette situation, que faut-il faire? Emboucher la trompette de la lamentation, déverser des plaintes et complaintes larmoyantes pour susciter la pitié? Pleurnicher parce qu’on a une famille à nourrir et opposer cela en argument? Non! On ne vous gardera pas par pitié. Il est vrai que dans les circonstances actuelles vos nerfs sont mis à rude épreuve. Mais même dans cette angoissante atmosphère, vous devez trouver la force de ne pas baisser le front. Cachez vite vos larmes et restez debout, fiers et dignes. On veut vous arracher votre compétence. Ne perdez pas votre dignité. Votre indignation doit se traduire dans votre résolution de réussir à cette évaluation. Retournez ce qui était une menace en un atout. Réussissez! Et nul ne pourra oser, après ça, poser sur vous un regard dévalorisant. Toute autre attitude, vous condamnerait à une infirmité cognitive. C’est, à mon avis, la plus grande indignité dans ce métier.

Aux gouvernants du Bénin, qu’ils se tiennent pour dit qu’on ne peut relever et élever l’éducation d’une nation en couvrant l’enseignant, potier de l’esprit, d’opprobre et de mépris. C’est un métier ingrat, on le sait. Mais il est injuste de traiter ainsi, ceux dans les mains de qui nous remettons le devenir de nos enfants et l’avenir de la Nation. Quelque soit la pertinence des réformes à opérer dans ce secteur, vous s’y prenez, à mon sens, par le mauvais bout. Et je rappelle une fois encore à votre conscience, si elle n’est pas sourde, qu’une nation qui ne célèbre pas assez ses héros, est incapable de se doter d’une âme de grandeur.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *