Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Opinions

Polémique autour de la visite du président indien au Bénin : sachons raison gardée

Publié

le


La visite annoncée du président indien, la première du genre au Bénin, au-delà de l’enthousiasme traditionnel soulevé par des séjours des personnalités d’une telle envergure soulève des polémiques. Qu’un ancien président s’en mêle à de quoi susciter des questionnements. Mis à part le contexte politique tendu, résultat d’un processus électoral contexté et les attaques répétées contre la démocratie, qui pourrait justifier une telle posture, il faut savoir s’arrêter. Et là, j’interpelle les acteurs politiques notamment les opposants sur leur responsabilité. Quant au pouvoir, l’argument qui constitue à tout justifier par les performances économiques est trop facile et ne convainc personne. Notre pays à une dette des plus élevées de l’espace UEMOA contractée en seulement trois ans de gouvernance du pouvoir de la rupture. Si au moins les réalisations étaient visibles, je concèderai aux tenants de ce discours qu’on peut mener le débat. Pire, le Bénin n’est pas plus attractif que les autres pays à visiter et les lois votées inspirent peu confiance aux investisseurs. S’il l’était, on s’en réjouirait.
Ces mises au point faites, j’invite les acteurs politiques de tout bord à savoir raison gardée. Certes l’économie et la politique marchent ensemble. Et Talon sait que les Béninois ne vont le juger que sur le panier de la ménagère. Or, sur ce plan, il a, jusque là été un fossoyeur. Les milliers d’emplois détruits et les autres menacés ne militent pas en sa faveur. Le serrer la ceinture ne rassure plus à moins de deux ans des présidentielles de 2021. S’il peut s’appuyer sur l’Inde pour réparer le tort, qu’il s’y mette dès à présent. De grâce, qu’il évite de compter sur l’exclusion de l’opposition comme il a su le faire lors des législatives. Là, il peut se préparer à une autre forme de résistance. Sans être adepte de la violence, je peux me risquer à des pronostics. Personne n’a imaginé ce que nous avons vécu au lendemain des législatifs. Désormais, il faut l’intégrer dans nos analyses. La violence politique est rentrée dans l’ADN des Béninois. N’en déplaise à ceux qui croient à la manipulation. Ses conséquences seront plus lourdes que ce que nous avons déjà connues. Ces options je ne les souhaite pas. Néanmoins, elles sont possibles.
Pour nos opposants, ils peuvent écrire, organiser des marches s’ils obtiennent l’autorisation. Ça ne fera que renforcer notre démocratie. L’initiative d’une lettre est une démarche qui traduit à mon avis la liberté d’expression. Un citoyen l’aurait fait, ça aurait un sens. C’est d’ailleurs habituel. Le contraire m’aurait étonné. L’approche est certes vulgaire venant d’un ancien chef de l’Etat. L’Inde est une grande nation de démocratie. Et ne viendrait pas au Bénin pour saluer nos performances. Ses intérêts sont en jeu. La géopolitique mondiale se redessine.
En choisissant de venir au Bénin, l’Inde s’est longuement documenté. C’est tout de même une puissance et elle ne vient pas pour distribuer des bons et mauvais points. Elle a son agenda et une lettre ne peut la faire changer d’idée sur le Bénin. Talon veut renforcer l’axe vers ce pays ? Tant mieux. C’est un pays en pointe dans l’innovation technologique, les recherches en tout genre notamment la recherche pharmaceutique. Atao faisait affaire avec eux notamment dans le domaine des médicaments. Et si Talon veut prendre des actions dans ces laboratoires, il saisira enfin l’occasion. La coopération entre l’Inde et le Bénin date de longtemps. Quels sont les projets et les accords à signer durant ce séjour ? C’est ça qui intéresse les Béninois. Le président ou son clan peuvent en bénéficier plus que tout autre. Mais pourvu que le pays gagne des infrastructures et les jeunes du travail, l’essentiel doit nous réunir. Je ne le dis pas pour dédouaner Talon de ses dérives mais l’opposition doit savoir ce qu’elle cherche et mener le bon combat. Talon finira et l’opposition aura tôt ou tard sa revanche. La visite aura laissé quelque chose de positive. Attendons la fin du séjour pour juger et apprécier. Mais arrêtons de nous contenter des communiqués et posons les vraies questions. Il y va de l’avenir du pays. L’Oiseau blanc

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *