Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Afrique

Côté d’Ivoire : 36 migrants Ivoiriens en situation précaire à la frontière tunisienne

Publié

le

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montrant 36 migrants en détresse a alertée les autorités ivoiriennes sur leur situation à la frontière tunisienne. Ils affirment  être bloqués dans une zone désertique au sud de la Tunisie. Une nouvelle que les autorités ivoiriennes et l’ONU ont déplorée en exprimant leurs inquiétudes.

Dans une vidéo publiée par les migrants, affirmant qu’ils ont été bloqués à la frontière tunisienne à Sfax, les autorités ivoiriennes et l’Onu se disent préoccupées. « Ayez pitié de nous ! », exhorte une dame dans une courte vidéo réalisée à l’aide d’un téléphone mobile. « Il y a des Tunisiens qui sont tombés sur nous pendant la préparation de la fête de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, ils nous prennent et ils nous envoient dans un désert », a expliqué un homme dans la même vidéo. Ainsi, Les Ong tunisiennes de défense des droits humains et l’Organisation internationale pour les migrants (OIM), se sont mobilisées et ont alerté l’opinion publique. Les autorités ivoiriennes quant a eu ont affirmées dans un communiqué avoir été mis au courant de la situation par l’ambassade ivoirienne en Tunisie. Mais côté tunisien, le ministère de l’Intérieur et celui de la Défense ont révélé qu’il y a une arrestation de dizaines d’étrangers, dont des Ivoiriens, alors qu’ils tentaient une traversée clandestine. Mais réfutent qu’il ne s’agissait pas de ceux apparaissant dans la vidéo polémique. Des  zones d’ombre restent donc à éclairées en ce qui concerne le statut de ces migrants s’ils sont clandestins ou pas et si les autorités tunisiennes n’ont pas faillir à leur mission d’assistance aux personnes en difficultés.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *