Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Politique

Désignation des membres du Cos-Lépi : Les Fcbe dénoncent un accaparement du fichier électoral par le camp Patrice Talon

Publié

le

Extrait de la déclaration à Cotonou, ce lundi 19 août 2019, du parti Force cauris pour un bénin émergent (Fcbe) relatif à la composition monocolore du Cos-Lépi

Ces derniers jours, notre pays a connu des dérives autoritaires que le parti FCBE ne saurait passer sous silence. Il s’agit entre autres :

Ø-     de la récente désignation des membres devant composer le Conseil d’Orientation et de Supervision de la Liste Electorale Permanente Informatisée (COS-LEPI) ;

Ø-     de l’arrêté interministériel portant interdiction de délivrance d’actes d’autorité à des personnes recherchées par la justice en République du Bénin ;

Ø- et enfin de l’évaluation à laquelle seront soumis les enseignants reversés de la promotion 2008 ;

Mesdames et Messieurs,

Chers compatriotes,

Vous êtes tous témoins que depuis avril dernier, le président Patrice Talon et ses alliés se sont distribués la totalité des sièges que compte l’Assemblée nationale. Cela est malheureusement passé par du sang des innocents versés. Une fois encore, nous nous inclinons devant leur mémoire.

Il est donc évident que le Bénin de nos jours ne dispose pas d’une représentation nationale. Mais dans l’idée de maintenir le cap de ce coup de force institutionnel, les partisans du président Patrice TALON veulent persister dans la violation des lois de la République. Malgré leur défaut de légitimité, ils comptent dorénavant s’accaparer du fichier électoral national aux fins de le manipuler à leur guise. Sinon, comment osent-ils, à la suite de leur forfaiture du 28 avril2019, vouloir maintenant toucher au fichier électoral, alors qu’en la matière, la législation est claire ?

En effet, la loi N°2012-43 du 05 février 2013 portant apurement, correction, mise à jour et actualisation du fichier électoral national et de la Liste Électorale Permanente Informatisée (LEPI), en son article 6 dispose :

« De la composition du Conseil d’Orientation et de Supervision (COS)

Le Conseil d’Orientation et de Supervision est composé de onze (11) membres désignés comme suit :

–        cinq (05) députés par la majorité parlementaire

–        quatre (04) députés par l’opposition parlementaire

–        du directeur général de l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Économique

–        du directeur du service national de L’État Civil (…) »

Au vu de la loi, il est impossible de mener quelque action que ce soit sur le fichier électoral, puisque cette Assemblée monocolore à la dévotion du Président Patrice TALON, ne saurait constituer en même temps, une mouvance et une opposition, pour former, conformément à la loi, le COS-LEPI, et garantir la transparence, la crédibilité et la fiabilité de cet instrument démocratique. Tout le peuple béninois et la communauté internationale, sont au courant de ce que les partis qui constituent l’opposition à la gouvernance actuelle de notre pays ont été purement et simplement empêchés de prendre part aux élections législatives. Ils en ont été exclus. En conséquence, l’opposition n’est pas représentée dans ce simulacre de législature. Il n’est donc pas possible à cette pseudo-assemblée de désigner des députés au nom de l’opposition.

Mais comme depuis lors, ce parlement d’une autre époque dirigé par l’honorable Louis G. VLAVONOU, fabrique selon les circonstances, la mouvance et l’opposition, on n’est donc pas étonné que le 14 août dernier, l’on en soit arrivé à désigner neuf (09) députés de la mouvance pour siéger au sein du COS –LEPI.

Le fichier électoral qui sera issu de ce tripatouillage, ne sera ni fiable, ni accepté par le peuple souverain qui est attaché à sa démocratie et à des élections libres, équitables et transparentes.

Il est temps que le pouvoir dit de la rupture réalise que la forfaiture doit s’arrêter, et qu’il ne saurait avoir une assemblée nationale où les députés sont entièrement nommés dans une démocratie.

C’est aussi le moment pour le Président Patrice TALON et son régime, face à ces insuffisances institutionnelles, de se convaincre que le Bénin doit impérativement procéder à l’organisation d’élections législatives inclusives, transparentes en vue d’élire les représentants de la Nation pour la 8ème législature.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *