Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Monde

France : L’ancien président Jacques Chirac est décédé

Publié

le

Ancien président  de la France, premier ministre, ministre, maire de Paris, Jacques Chirac est mort ce jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans. Il aura occupé les plus hautes fonctions de la République au cours d’une carrière politique d’une durée exceptionnelle, plus de quarante ans.

Jacques Chirac, né le 29 novembre 1932 dans le 5e arrondissement de Paris, est un homme d’État français. Il est président de la République française du 17 mai 1995 au 16 mai 2007. À l’origine de la fondation de deux partis politiques classés à droite de l’échiquier politique, le Rassemblement pour la République (RPR) en 1976 puis l’Union pour un mouvement populaire (UMP) en 2002, il occupe à plusieurs reprises la fonction de député de la Corrèze et est le maire de Paris entre 1977 et 1995. Il est Premier ministre sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing de 1974 à 1976, puis sous la présidence du socialiste François Mitterrand, de 1986 à 1988, étant ainsi le premier chef du gouvernement d’une cohabitation sous la Ve République et, par la même occasion, la seule personnalité politique sous ce même régime ayant assumé par deux fois la charge de Premier ministre. Il se présente sans succès aux élections présidentielles de 1981 et 1988.

Un parcours exceptionnel…

Jacques Chirac devient président de la République le 17 mai 1995, à la suite de son élection face au candidat socialiste, Lionel Jospin. Le début de son premier mandat est marqué par le plan Juppé de 1995 et par la reconnaissance de la responsabilité de l’État français dans la déportation des juifs au cours de l’occupation de la France par l’Allemagne nazie ; il est ensuite contraint à une cohabitation avec Lionel Jospin à la suite de la dissolution manquée de l’Assemblée nationale en 1997, doit faire face à des affaires judiciaires dans lesquelles il est directement mis en cause, et se rallie à la proposition, ratifiée par un référendum en 2000, de ramener la durée du mandat présidentiel à cinq ans. Lors de l’élection présidentielle de 2002, il est réélu au second tour avec 82,2 % des voix face au candidat du Front national, Jean-Marie Le Pen. Pendant son second mandat, qui voit progressivement sa cote de popularité chuter, il s’oppose notamment à la guerre d’Irak et s’implique pour le « oui » dans le référendum de 2005 sur la Constitution européenne, qui se solde par la victoire du « non ». Il décide de ne pas briguer un troisième mandat présidentiel.

Il siège ensuite au Conseil constitutionnel, dont il est membre de droit en tant qu’ancien président de la République, jusqu’en mars 2011, date à partir de laquelle il se met en retrait du fait de son état de santé et de ses ennuis judiciaires. En décembre 2011, il est condamné à deux ans de prison avec sursis dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *