Connectez-vous

Economie

Cameroun/Marché public: Bolloré tente de reprendre le contrôle du Port de Douala

Publié

le

Voiller la face. Après 15 ans, le groupe bolloré a perdu la gestion du port de Douala-Bonabéri au Cameroun au terme d’un processus d’appel d’offres. C’est l’entreprise TIL, basée en Genève qui a été désigné pour la reprise du terminal à containers. Mais depuis le 17 septembre dernier que le nom de cette entreprise est communiqué, Bolloré et sa filiale DIT qui opéraient sur cette plateforme tente de recuppérer la gestion du port. Considéré comme l’une des plus importantes sur la côte ouest-africaine, le multinational français a perdu alors une place plivilégiée sur cette place portuaire. A trois mois de la fin de son contrat, l’entreprise dénonce son eviction du port et tente de reccupérer la gestion du port. « Le groupement Bolloré APMT c’est quatre-vingts terminaux dans le monde et plus de trente-trois milliards (d’euros NDLR) de capitalisation boursière. Nous avons été éliminés en phase de pré-qualification, or en phase de pré-qualification, les deux critères sont la solidité financière d’une part; et l’expérience d’autre part. Que l’on soit éliminé, à ce niveau, au vu des concurrents sur la liste, nous pensons que c’est incompréhensible », a déclaré Mohamed Abdoulaye Diop, directeur general du groupe pour la region.

Sans forcémént faire réfférence aux dénonciations du groupe Bolloré, les autorités portuaires affirment que le processus a été sur toute la ligne transparante. « Les tickets d’entrée proposés par les deux candidats ont été significativement revus à la hausse et sont de vingt-quatre milliards de francs CFA. Alors que DIT avait fixé un ticket d’entrée à six cents millions de francs CFA. Le total des redevances sur les quinze ans de concession… DIT sera à soixante deux milliards de francs CFA et TIL à trois cent cinquante-sept milliards », a laissé entendre Maurice Djoko, président de la commission ad hoc, chargée de l’attribution de la concession portuaire. Pour les autorités portuaires, le processus de la nouvelle concession est désormais clos malgré les agissements du groupe pour récupérer la gestion du port de Douala.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *