Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Société

Suspension d’enseignants boycotteurs : « Cela prend l’allure d’un drame social », dixit Éric Roméo Pethos.

Publié

le

L’hypothèse du contentieux n’est pas occultée… Invité à se prononcer sur les deux dernières décisions ministérielles portant sur la suspension d’instituteurs de la maternelle et du primaire et d’enseignants du secondaire ayant boycottés l’évaluation organisée à leur intention par le gouvernement, le porte-parole du front des trois ordres de l’enseignement a souligné que c’est bien regrettable la situation. Selon Éric Roméo Pethos, c’est « une décision inopportune. Les collègues suspendus méritent d’être défendus car le plus important est de les sauver. Cela prend l’allure d’un drame social puisque le ratio nous renvoie à plus de 500 enseignants, donc 500 familles. » Sur les antennes de Radio Sêdohoun, celui-ci a estimé que le front n’a jamais opté pour le boycott mais pour un arrêt du processus par le gouvernement, ce qui n’est pas arrivé. Il relève aussi que si le conseil de discipline ne trouve pas la solution, l’affaire pourrait aller au contentieux car, dit-il, « dans l’article 2 de la décision ministérielle, il est dit que le mandatement de salaire des enseignants concernés est suspendu, ce qui est en violation des dispositions de l’article 300 de la loi portant statut général de la fonction publique au Bénin ». Toutefois, Éric Roméo Pethos a invité les autorités actuelles à éviter de tension dans le pays.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *