Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Connectez-vous

Genre

Violences faites aux femmes : les témoins, ces victimes silencieuses dans l’ombre

Publié

le

Les violences que subissent les femmes en Afrique engendrent de nombreuses conséquences. Aussi bien pour les victimes qui les ont subies directement que pour les personnes qui en ont été témoins. Justement, cette dernière catégorie de ‘’victimes’’ est souvent oubliée de la société ; alors que dans bien des cas, elle n’est pas épargnée des effets de leur présence sur les lieux au moment du ‘’crime’’. Cédric, témoin d’un viol dans une localité du Bénin, a confié son malheur à votre rédaction.

L’Afrique est championne du monde. Championne du monde, mais dans une catégorie bien triste : celle des violences de tous genres faites aux femmes, notamment en ce qui concerne le viol. En effet, selon des chiffres publiés par l’Onu, près du tiers des femmes d’Afrique ont déjà subi au moins une fois le viol de la part d’un ou plusieurs hommes à la fois. Paradoxalement, les taux de sanctions infligées aux auteurs sont anormalement bas. Ceci en raison des stéréotypes de la société africaine, mais aussi et surtout à cause des pressions que subissent les victimes et… les témoins de ces malheureux événements.

Cette nuit-là, rentrant tard de son travail, Cédric ne se doutait pas qu’en tournant dans ce coin de rue, le cours de sa vie changerait. ‘’J’ai tout de suite remarqué que quelque chose n’allait pas. Deux hommes semblaient s’acharner sur quelque chose. Aux cris étouffés qui me parvenaient de là où ils se trouvaient, j’ai compris ce qu’ils faisaient. Ils violaient une jeune fille. J’ai couru vers eux en criant et quand ils m’ont entendu, ils ont détalé. Ces deux types, je les ai reconnus immédiatement. L’un d’eux était le fils du chef d’arrondissement et l’autre, son ami, était le gérant d’une boutique non loin de ma maison. Quand je suis arrivé au niveau de la fille, elle tremblait et pleurait. Sans écouter mes paroles, elle s’est aussi sauvée’’, raconte-t-il.  Dans ce genre de situation, les victimes, souvent paralysées par la peur des représailles, n’osent pas aller s’en plaindre aux autorités, préférant garder pour elles leur malheur.  Même les témoins sont menacés et soumis à des intimidations pour les empêcher de ‘’parler’’. Cédric n’y a pas échappé.  ‘’Dès le lendemain, j’ai reçu la visite de deux jeunes émissaires du fameux Chef d’arrondissement qui se doutait bien que j’irai voir les autorités. Leur manœuvre avait pour but de m’en dissuader. Face à mon refus, ils ont commencé à menacer de s’en prendre à moi ou à ma famille. Ironiquement, je leur ai donné rendez-vous au tribunal et me suis rendu au poste de gendarmerie de la localité pour porter plainte contre eux.’’

Des menaces aux agressions physiques

Dès que la convocation a été transmise, relate Cédric, des menaces par textos ont commencé à affluer vers ma personne. Toutefois, le témoin étant déterminé à faire tomber les deux coupables, faisait tout son possible pour que justice soit rendue. Malheureusement pour Cédric, la victime refusa de dénoncer ses agresseurs. ‘’J’ai appris que la fille avait aussi reçu des menaces du père de l’un des violeurs, qui n’est rien d’autre que le chef d’arrondissement. Elle avait eu peur et avait laissé tomber l’affaire. J’étais donc seul contre tous, néanmoins je n’ai pas renoncé. Voyant que leurs tentatives d’intimidation ne marchaient pas, ils ont paniqué. Les menaces se sont intensifiées. Dans les textos, on me signifiait ouvertement qu’on allait s’en prendre de façon violente à ma vie.’’

La situation s’envenima alors pour Cédric. Il subit successivement deux agressions. Une, au cours d’un soi-disant braquage pendant lequel sa moto a été détruite et son sac contenant d’importants dossiers, emporté ; et l’autre, un cambriolage chez lui en pleine journée. Et dans le même temps, les menaces d’envoûtements mystiques continuaient de pleuvoir sur le pauvre témoin…

Seul contre tous

Face à cette situation, aussi bien les victimes que les témoins avouent ne pas bénéficier du soutien de leur entourage. Ils se retrouvent alors seuls, torturés par leur désir de rendre justice et la peur qu’ils ont de subir des représailles. Et quand bien même, ils acceptent déposer plainte pour poursuivre les auteurs, les soutiens ne sont pas légion. Tant la peur de se faire envoûter ou d’être agressé est présente dans notre pays. Cédric, lui, en a bien fait les frais et craint dorénavant pour sa sécurité et pour sa vie. ‘’J’ai vraiment peur désormais de sortir de chez moi, surtout la nuit. Et même quand je suis à la maison, je crains qu’on vienne encore me cambrioler ou m’agresser physiquement. Le pire, c’est quand je pense à ce que l’on peut essayer de me faire à distance, car on est en Afrique… J’ai vraiment peur, car ça peut maintenant venir de toute part’’ confie-t-il, visiblement choqué et traumatisé par la tournure prise par les événements.

Cédric, à l’instar de toutes victimes des conséquences directes et indirectes de ces drames qui courent les rues dans notre pays, veut prendre des dispositions sérieuses pour protéger sa vie. Car, même s’il a porté plainte, il n’est pas convaincu que la police puisse le protéger. Prendre mes distances voire même disparaître un bon moment, a-t-il confié à notre rédaction, m’apparaît comme le seul moyen de me mettre à l’abri tout en essayant d’obtenir justice pour cette pauvre fille.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *