Connectez-vous

Economie

Patrice Talon sur Rfi : « …la France va se retirer des structures de gouvernance de la monnaie ». L’Intégralité de sa déclaration qui fait polémique

Publié

le

La polémique s’enfle sur les déclarations de Patrice Talon au sujet du transfert des réserves monétaires de la Bceao et donc sur la disparition du franc CFA au profit de l’ECO.

Lire l’intégralité de sa déclaration sur la question lors de l’entretien accordé à France 24 et Rfi le jeudi 7 novembre 2019.  

Extrait de l’entretien.

Le gouvernement français se dit prêt à une réforme ambitieuse de la zone franc par la voix de son ministre de l’économie, Bruno Lemaire. Est-ce que vous serez favorable à un transfert des réserves monétaires de la Bceao dans un autre pays que la France ?

La France est notre partenaire en matière monétaire. Elle assure la convertibilité illimitée du franc CFA dans le monde et notamment à travers l’Euro. Cette réforme qui veut qu’il n’y ait plus de compte d’opération et que la Bceao ne garde plus une partie de ses réserves de change auprès du trésor français est souhaitée de tous, y compris par le gouvernement français actuel, y compris par président Macron.

Nous sommes tous d’accord là-dessus, à l’unanimité pour mettre fin à ce modèle, qui en fait techniquement n’était pas un problème. Vous savez, une monnaie a deux valeurs: la valeur technique et la valeur psychologique. Cet état de chose est devenu un problème pour le CFA, un problème psychologique et non technique.

Les réserves de change qui sont en partie logées au niveau du trésor français pour assurer la garantie de convertibilité, si demain nous mettons en œuvre cette mesure, et ça va se faire très rapidement, ces réserves de change seront gérées dans les diverses banques centrales : américaines, chinoises, japonaises, canadienne et européenne. Donc, la Banque centrale des pays de l’Uemoa va gérer la totalité de ces réserves de devises, va les répartir auprès des diverses banques partenaires dans le monde. Psychologiquement, par rapport à la vision de souveraineté et de gestion de sa monnaie, il n’est pas bien que ce modèle continue. Parce que la vision du monde par rapport à un pays est un élément important de la valeur de la monnaie.

Ce changement de domicile des réserves d’échange de la banque centrale est pour quand ? Est-ce avant le sommet Afrique-France du mois prochain ?

Je n’ai pas à vous donner la date mais je peux vous dire que c’est déjà acté, c’est la volonté de tout le monde de le faire et d’ailleurs la France va aussi se retirer des structures de gouvernance de la monnaie.

Je vais vous dire une chose, la présence des français, des canadiens, des américains dans nos structures de gouvernance en tant qu’observateurs pour s’assurer que les pays de l’Uemoa ont une gestion efficace, transparente et digne de confiance est quelque chose qui ne me gêne pas. La monnaie c’est quelque chose qui a besoin d’avoir la crédibilité, l’assurance de tout le monde quant à sa gestion.

Normalement, c’est l’année prochaine que le franc CFA doit être remplacé par l’ECO par les 15 pays de la Cedeao. Croyez-vous que ce sera pour l’année prochaine ?

C’est un agenda politico-économique mais les réalités de l’économie parfois sont en déphasages avec la volonté politique. Ce n’est pas évident que techniquement nous soyons prêts à rentrer dans une monnaie commune l’année prochaine.

Les critères de convergence, l’harmonisation de tout ce qui techniquement concours à l’entrée à la fois de tous ces pays dans la même monnaie posent encore quelques problèmes de calendrier. Même si nous n’y parvenons pas véritablement l’année prochaine, la volonté demeure et nous souhaitons qu’un jour les pays de la Cedeao puissent se retrouver au sein d’une même monnaie.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *