Connectez-vous

Education

Bénin: Eléonore Yayi à l’écoute des Epes

Publié

le


Rétablir l’ambiance entre les Epes et leur autorité de tutelle. La ministre de l’enseignement supérieure et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi a échangé, le vendredi 15 novembre, avec les responsables des Etablissement privés d’enseignement supérieur (Epes). A l’occasion, Ayi Théophane, le représentant des Epes a exposé au ministre les maux qui minent le secteur. En prenant acte Éléonore Yayi a fait la promesse de jouer sa partition.
Sortir le calendrier des agréments de manière à respecter les 90 jours réglementaires avant la rentrée académique officielle, donner les résultats définitifs et complets des agréments des premières et deuxièmes éditions, donner le calendrier du programme d’homologations des EPES agrées. Telles sont entre autres les doléances adressées au Ministre Eléonore Yayi lors de cette rencontre tenue à Cotonou. Le représentant des Epes a insisté sur plusieurs points critiques touchant le secteur de l’enseignement supérieur notamment les établissements privés. En premier lieu, il s’est attardé sur les examens nationaux et leur issue. « A l’issue des trois années de déroulement de ces examens il serait nécessaire de faire un atelier d’évaluation pour tirer les conclusions adéquates qui imposent.

A l’instar du baccalauréat qui a plusieurs séries et plusieurs matières par séries, les Epes souhaitent qu’une étude soit faite pour ramener tous les examens sur, au plus deux semaines en tenant compte des spécificités des épreuves de pratiques professionnelles. Qu’une rigueur soit respectée au niveau des dates de dépôt des dossiers pour ne pas attendre les EPES retardataires>>, a déclaré Ayi Theophane..
Avant d’être rassuré par Eléonore Yayi, il a tenu à faire savoir que malgré l’apport des Epes au développement du pays, qu’ils sont encore marginalisés. Il a tenu pour exemple un concours du Centre hospitalier et universitaire Hubert Maga de Cotonou qui a exclu les diplômés des universités privées.
De la complexité du décret 2008-818, allant aux impôts, le calendrier des agréments, la ministre a accepté étudier tous les points évoqués par le porte-parole. « On n’est pas là pour tuer l’initiative. On est là pour accompagner dans ce qui est bon, ce qui est beau », a déclaré Eléonore Yayi pour rassurer ses hôtes. Entre Epes et autorité de tutelle, les incompréhensions semblent-t-il sont conjuguées au passé au regard de la satisfaction des responsables d’Epes après la rencontre.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *