Connectez-vous

Afrique

RCA: rebondissement dans l’affaire des violences sexuelles commises par les casques bleus

Publié

le

Les casques bleus gabonais et burundais ont commis des violences sexuelles sur les femmes entre 2014 et 2015. Un audit interne des Nations unies, dont RFI a pu se procurer une copie, révèle de nombreux dysfonctionnements dans l’enquête menée dès 2016.

Un audit mené par le service de contrôle interne de l’ONU a révélé de graves erreures dans le processus d’enquête des plaintes d’agressions sexuelles perpétrées par les casques bleus en mission de maintien de la paix en république centre-africaine. En effet, une liste accablante d’erreurs, a été dressé, et cela explique pourquoi l’enquête sur les soupçons de viols par les soldats de la Minusca, à Dekoa, piétine toujours. De nombreuses accusations sont restées sans suite. Il y a d’abord des dysfonctionnements d’organisation. L’UNICEF, par exemple, est la première à entendre les témoignages, mais a tardé avant de prévenir l’ONU. Il y a également le manque de préparation des interrogatoires qui, selon le protocole, a pris de court les 31 enquêteurs dépêchés à Dekoa. Puis, le rapport a pointé du doigt des erreurs dans la méthodologie des interrogatoires dont certaines questions pouvaient être « humiliantes » ou « intimidantes » pour les femmes qui témoignaient des viols qu’elles avaient subis. Enfin, l’audit a montré que de nombreux échantillons ADN, preuves primordiales dans les affaires de viols, ont été mal conservés et avaient tout simplement « pourri ». Finalement, sur les 163 dénonciations, 26 n’ont pas été retenues. Les 69 cas impliquant les soldats burundais ont été requalifiés en relations de « fraternisation » avec des civils, et les 68 cas mettant en cause les casques bleus gabonais sont toujours en attente. La Minusca a affirmé avoir menée, depuis quelques mois, une politique de « tolérance 0 » vis-à-vis des casques bleus qui entretiendraient des relations avec des Centrafricaines ou seraient soupçonnés de violences sexuelles. Tout soldats incriminés sera radiés à vie des missions de maintien de la paix.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *