Connectez-vous

Afrique

France: deux à sept ans de prison pour des membres appartenant à un réseau de prostitution

Publié

le

Le procès du vaste réseau de prostitution alimenté par les nigérianes opérant sur le territoire français s’est tenu ce vendredi 29 novembre 2019 à Lyon. Les personnes inculpées ont été condamnées à des peines de 2 à 7 ans de prison ferme.
Les faits remontent entre 2016 et 2017 où un vaste réseau de prostitution est alimenté par des femmes nigérianes, ainsi que des hommes, dans plusieurs villes française. Elles ont été inculpées pour proxénétisme aggravé, traite d’êtres humains et blanchiment d’argent. Le pasteur Stanley Omoregie considéré comme l’un des têtes du réseau, a été condamné à sept ans de prison ferme. C’est également le cas de Jessica Edosomwan, âgé de 26 ans et actuellement en fuite. Elle est l’une des criminelles les plus recherchées par Interpol en Europe. Les autres prostituées du réseau ont été condamnées selon leur implication et leur ancienneté à des peines allant de trois à six ans de prison. Le garagiste français qui réparait leurs camionnettes a été condamné lui aussi à deux ans de réclusion. Des peines jugées sévères par le camp des accusés. « Ce n’est pas la première fois que devant la 16e chambre correctionnelle de Lyon il est jugé de ce qui a pu être appelé des « réseaux nigérians ». Il y a deux ans, les peines maximales prononcées étaient de quatre ans », a déploré Me Thibaud Claus, avocat d’un des condamnés. Quant au maître Sébastien Sertelon, il a plutôt relativisé la peine ecopée par son client. « à mon sens, il y a une réelle volonté de la politique pénale de vouloir mettre fin à certains réseaux. Manifestement, non seulement le parquet, mais aujourd’hui les magistrats du siège, nous montrent qu’ils veulent mettre fin à ces infractions considérées comme particulièrement graves », a-t-il laissé entendre. Au cours du procès, 17 prostituées se sont constituées en parties civiles, ainsi que deux associations spécialisées dans l’action contre la prostitution et le proxénétisme.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *