Connectez-vous

Politique

Animation de la vie politique : « Patrice Talon est un envoyé de Dieu » selon un député du Bloc républicain

Publié

le

Le destin d’un sauveur ! A la faveur d’une conférence de presse des jeunes de la mouvance présidentielle, un leader du Bloc républicain s’est indigné de la mesure relative à la fermeture des frontières, qui demeure malgré toutes les démarches du l’homme du Nouveau départ. Mais pour l’Honorable Mathias Kouwanou puisque c’est de lui qu’il s’agit, « Patrice Talon est un envoyé de Dieu » et même si la frontière est fermée, ‘’le ciel n’est pas fermé’’.

Au dire du député du Bloc républicain, l’un des partis soutenant les actions du président de la république, le Bénin a un Dieu. Ce qui retient l’attention ici, c’est l’impuissance du gouvernement béninois à faire fléchir le géant de l’Est. A lire entre les lignes, l’homme fort de Cotonou a épuisé ses balles et autant lui que ses soutiens, s’en remettent désormais à Dieu.

« Ils ont fermé la frontière. Le président a tout fait. S’ils ne veulent pas ouvrir, il faut qu’on se prenne en charge. Quand on dit qu’on aime un pays, il faut défendre ce pays. Nous n’avons pas de pétrole mais nous avons Dieu. Si Talon n’était pas un envoyé de Dieu, voyez comment nous avons touché la Constitution ! Je n’ai jamais vu président réaliser ses promesses de campagne. Et le président Talon n’a jamais dérangé un président dans ce pays. Je demande à mes frères, mes papas de vite trouver le chemin de la repentance », a déclaré Mathias Kouwanou.

Ces maux viendraient des jeunes de la mouvance, qu’on n’y prêterait pas attention. Mais venant d’un député de la mouvance présidentielle, il y a de quoi s’interroger sur ce qui se joue entre le Bénin et le Nigéria dans cette affaire de fermeture des frontières. Certes, officiellement on évoque la lutte contre les produits de contrebandes, mais cela saute désormais aux yeux des Béninois, que le problème est bien au-delà, en tout cas, pour ce qui concerne le Bénin.

Au dire de Mathias Kouwanou, « il faut prier pour que Patrice Talon finisse ses mandats ».

Frédéric Béhanzin, un autre thuriféraire du régime explique :« Talon dit, discutons et on dit non, il ne sait pas s’agenouiller, il ne s’est pas s’humilier. Trop c’est trop ! Et si nous ne nous organisons pas, nous n’aurons pas été dignes des descendants de Béhanzin, de Kaba… ».
Point d’être dans le secret des dieux pour comprendre que la crise entre le Bénin et Nigéria est politique, puisque ces différents acteurs affirment avec des noms à l’appui, qu’elle est entretenue entre autres, par des anciens présidents de la République du Bénin .    

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *