Connectez-vous

Afrique

Libéria : les accusations de torture contre Reeves Taylor rejetées par un tribunal britannique

Publié

le

Le juge en charge du dossier de Mme Reeves-Taylor l’ex épouse de l’ancien président libérien Charles Taylor a rejeté les allégations de torture et complot de torture à son encontre pendant la sanglante guerre civile au Libéria. Elle a été arrêtée et inculpée en juin 2017.

Âgé de 54 ans, l’ancienne première dame devrait faire face à un procès devant le tribunal de l’Old Bailey, au Royaume-uni pour une série d’infractions, certaines impliquant des enfants pendant la guerre civile au Libéria. Mais suite à appel, le juge a rejeté toutes ces accusations affirmant qu’il n’a pas été prouvé que le régime Taylor avait un contrôle sur les zones où les crimes présumés se sont produits. Un argument soutenu par ses avocats qui avaient précédemment déclaré au tribunal qu’elle n’avait aucun poste officiel dans le régime de Charles Taylor pour être impliqué dans ces tortues et doit être par conséquent libéré.
Sa demande de résidence permanente en Grande Bretagne a été refusée en raison des allégations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité qui pesaient contre elle. Près de 250 000 personnes auraient été tuées pendant le conflit civil entre 1989 et 2003 dans le pays. Emmanuelle Marchard, de Civitas Maxima, l’un des deux groupes de campagne qui avaient aidé à l’enquête a déclaré que la fin de l’affaire est « déchirante » pour ceux qui voulaient que leurs histoires soient entendues par un tribunal britannique.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *