Connectez-vous

Afrique

Zambie:  » Que l’Occident nous laisse dans notre pauvreté si leur aide doit être liée à l’homosexualité » dixit Edgar Lungu

Publié

le

Relations tendues entre la Zambie et les États-Unis suite à l’emprisonnement d’un couple homosexuel en Zambie.

Le président zambien Edgar Lungu a craché ses vérités à l’ambassadeur américain en Zambie , Daniel Foote, qui s’est dit « horrifié » par la décision «oppressive ». Une décision rendue par la Haute Cour de Zambie a récemment condamné deux hommes à dix ans et demi de prison pour avoir eu des relations sexuelles «contre l’ordre de la nature».

Comme dans de nombreux pays africains, le code pénal zambien interdit les relations intimes entre personnes du même genre, les considérant comme une infraction contre nature et les classant comme un crime passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 14 ans. Le pays s’oppose avec véhémence à la communauté LGBTQI + et peut prendre des mesures fortes contre elle.

En 2006, le ministre des Affaires intérieures Ronnie Shikapwasha a déclaré que la Zambie ne légaliserait jamais le mariage homosexuel, affirmant que c’est un péché qui va à l’encontre du «statut chrétien» du pays. Puis, en février 2010, la Conférence constitutionnelle nationale (CCN) a décidé à l’unanimité d’adopter une clause interdisant expressément le mariage entre personnes de même genre.

C’est dans ce climat que la Haute Cour de Zambie a récemment condamné deux hommes à 15 ans de prison pour avoir eu des relations sε xu elles «contre l’ordre de la nature».

La décision a horrifié l’ambassadeur américain en Zambie, Daniel Foote, qui a publié une déclaration critiquant cette décision. Foote a déclaré: «J’ai été personnellement horrifié de lire la condamnation de deux hommes qui avaient une relation consensuelle, ce qui n’a fait de mal à personne… les opinions sans conséquence ou les braconniers / trafiquants peuvent tuer de nombreux éléphants et vendre leurs défenses et encourir un maximum de cinq ans d’emprisonnement en Zambie. »

Il a ajouté que «des décisions telles que ces condamnations oppressives nuisent à la réputation internationale de la Zambie en démontrant que les droits de l’homme en Zambie ne sont pas une garantie universelle».

Le président zambien Edgar Lungu a réprimandé l’ambassadeur et ses propos, affirmant que ses autorités porteraient plainte auprès de l’administration Trump.

Cette indignation a été reprise par le ministre zambien des affaires étrangères, Joseph Malanji, qui a déclaré que la déclaration de Foote avait été « équivalente à remettre en question la constitution zambienne ».

En fait, la déclaration des Ambassadeurs a reçu un contrecoup à l’échelle du pays, de nombreux Zambiens le critiquant en ligne. Les allers-retours se sont poursuivis lorsque Foote a répondu à la fureur dans un communiqué de presse disant qu’il avait annulé ses comparutions prévues pour la commémoration de la Journée mondiale du sida « en raison de menaces proférées contre moi» sur les réseaux sociaux.

«Avant, j’étais choqué par le venin et la haine dirigés contre moi et ma nation, en grande partie dans le cadre des valeurs« chrétiennes », par une petite minorité de Zambiens», a déclaré l’ambassadeur Foote.

L’ambassadeur a nié les accusations selon lesquelles il tentait de s’ingérer dans les affaires judiciaires et constitutionnelles de la Zambie.

«Il appartient aux citoyens zambiens et aux tribunaux de décider si vos lois correspondent à votre constitution, mais votre constitution elle-même garantit à chacun le droit à la liberté et à l’expression de sa conscience et de ses convictions», a-t-il déclaré.

«J’ai exprimé ma conviction d’une loi et d’une condamnation sévère avec lesquelles je ne suis pas d’accord. Je ne me suis pas immiscé dans les affaires intérieures. »

Les rapports indiquent que le gouvernement zambien envisage d’envoyer une lettre de protestation à Washington au sujet des remarques de l’ambassadeur.

De plus, le président Lungu a déclaré dans une interview à Sky News que les lois et la culture locales interdisaient l’homosexualité et qu’il n’abrogerait pas la loi. Ceci en dépit du fait que la Zambie bénéficie de centaines de millions de dollars chaque année en soutien financier des États-Unis.

« Si vous (les États-Unis) souhaitez lier votre aide à l’homosexualité … Si c’est ainsi que vous apporterez votre aide, je crains que l’Occident ne nous laisse seuls dans notre pauvreté », a déclaré Edgar Lungu.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *