Connectez-vous

Economie

Économie : l’ambassadeur Moïse Kérékou se prononce sur la réforme du Francs CFA

Publié

le

L’ambassadeur béninois Moïse Kérékou s’est prononcé sur la réforme du CFA. Tout en saluant les efforts pour l’avènement de la monnaie Éco en Afrique de l’ouest, il pose la problématique de sa convertibilité. Lire son opinion sur sa page Facebook.

« Nous accueillons favorablement ces trois réformes du Francs CFA. Dans une discussion et un poste antérieurs, je m’étais lié aux réformistes préconisant un changement graduel pour ne pas ébranler certains fondamentaux macroéconomiques. Mais je reste sur ma faim malgré les trois réformes qu’on peut qualifier d’historiques et que sont :
1- Le changement de nom ;
2- La fin du dépôt des réserves de changes en France et;
3- Le retrait des représentants de la France dans les diverses instances et la gouvernance.

Mais un aspect très important n’a pas été pris en compte : la convertibilité. Tant que je ne peux pas changer mon Eco en Livres sterling, en Yuan chinois ou en Dinar koweïtien, et que je dois toujours transiter ou faire escale en Euro, le problème persiste. Car quelqu’un ou un groupe à travers sa monnaie contrôle toujours et à un œil sur mes opérations et peut décider du jour au lendemain de me priver de sa plateforme de transit. Dans ce cas, comment je me rends ou j’opère avec le reste du monde?

Il ne faut pas donner le mouton et garder en même temps la corde.

Par ailleurs, quid du CFA de l’Afrique Centrale? N’est-il pas concerné par cette réforme ?

Cette réforme est assurément un grand pas dans un contexte de guerres et de tensions au Sahel qui a vite fait de cristalliser les acteurs et les parties. Mais il faut aller plus loin et rendre convertible l’Eco même si avec les autres monnaies la parité sera forcément fluctuante. D’ailleurs, en EURO qui garantit et maintient cette parité fixe ?

Nous avons de bons cadres et sommes assez mûrs pour gérer notre monnaie comme le Ghana, le Maroc, le Nigeria et de nombreux pays le font déjà seuls. Par ailleurs, il faut élargir ces mesures aussi aux pays utilisant le CFA en Afrique Centrale et les encourager à adopter l’ECO comme monnaie unique des deux zones.

Je remercie JEUNE AFRIQUE (numéro 3073 de décembre) de me classer parmi les INSPIRATEURS de cette nouvelle coopération avec la France. Je prône un panafricanisme modéré et moderne basé sur la méthode et la science. A la différence de mon frère Kemi SEBA dont je respecte le combat et qui apparaît aussi dans la liste, je rejette toute forme de joute oratoire et de violence verbale ou physique.

Je suis un Ambassadeur de Paix et JE CONSTRUIS ».

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *