Connectez-vous

Faits divers

Cameroun : un français ruiné par une camerounaise est devenu pousseur à Douala

Publié

le

Un homme blanc rencontré aux abords d’un carrefour populaire de Douala raconte sa mésaventure. Réduit à devoir travailler comme pousseur de marchandises après avoir été ruiné par sa petite amie camerounaise rencontré en ligne il y a juste 6 mois, le français n’a plus d’autres choix que de faire ce job pour survivre.

Veni de l’hexagone pour Cameroun rencontrer sa « reine africaine » après seulement 2 mois d’échanges en ligne, Francis Rougier a eu le choc de sa vie quand il s’est retrouvé totalement dépourvu de son argent. Selon ses dits il était venu au Cameroun pour rencontrer Brenda une « très belle fille » qu’il a rencontré sur les réseaux sociaux.

« Après deux mois d’échanges, je me suis résigné à venir la rencontrer au Cameroun avec en poche environ 100.000 euros. Au début nous logions à l’hôtel Awka, Brenda et moi. Nous voyagions beaucoup à travers le pays. Des jours durant, je m’était décidé à l’épouser » a-t-il raconté.

« Les jours passent et après un mois passé à un hôtel, elle m’a proposée d’acheter un terrain et de construire notre propre maison. La maison devait coûter environ 50.000 euros. Une somme que j’ai pas hésité de sortir parce que je lui faisais désormais confiance.

Un mois plus tard, elle m’a montré une maison en construction et qu’elle avait besoin de plus d’argent pour terminer les finitions du bâtiment. Je lui ai donné et il ne me restait plus que 3 000 euros. Quelques jours après, Brenda avait disparu et ne répondait plus à mes appels. C’est ainsi que je me suis rendu compte que j’ai été berné comme un débutant », a-t-il poursuivit.

Il affirme n’a plus d’autres choix que de faire un job pour trouver de l’argent et rentré chez lui. « Alors pour rentrer j’étais résigné à faire de petits boulots pour se tirer d’affaire, payer mon billet retour et rentrer en France ».

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *