Connectez-vous

Education

Renforcement des capacités des acteurs des États de l’UEMOA : l’harmonisation du baccalauréat prévue pour 2024

Publié

le

Les différents acteurs impliqués dans l’organisation du baccalauréat dans la zone uemoa ce sont retrouvés lundi pour discuter de l’harmonisation du baccalauréat dans l’Union. Cet atelier a été présidé par le ministre de l’enseignement supérieur, Éléonore Ladékan Yayi, qui a procédé au lancement des travaux qui dureront du lundi 10 au vendredi 14 février.

Les différents acteurs impliqués dans l’organisation du baccalauréat dans la zone uemoa se sont retrouvés pour discuter de la question d’harmonisation de ce examen à l’horizon 2024 et de l’examen blanc regional prévu pour 2022.

À cet effet, c’est le directeur de l’Office du Baccalauréat Alphonse da Silva, qui a procédé à l’ouverture de la cérémonie. Il s’est réjoui de la présence de tous les acteurs et a manifesté son souhait quant à la réussite des discussions au cours de cet atelier.

Le représentant résident de l’Uemoa au Bénin, Komlan Agbo, a évoqué l’objectif de cette réforme d’harmonisation. « Cette réforme vise à faire du Bac un examen répondant aux standards internationaux en matière d’évaluation des compétences des élèves des classes terminales », a-t-il affirmé.

Selon lui, cet atelier va permettre aux acteurs notamment aux enseignants de partager leurs expériences et de définir un cadre idéal en vue de l’organisation du prochain Bac blanc régional. Il a également réitéré l’engagement de l’Union à accompagner les États dans leurs ambitions de doter l’espace d’un bac unique.

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Eléonore Ladékan, présente à la cérémonie, n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance au président de la République Patrice Talon qui travaille, depuis trois ans, à l’éradication de la mauvaise gouvernance dans le secteur de l’éducation.

En plus de cela, elle a rappelé les objectifs à atteindre au cours des années à venir dans l’espace uemoa en ce qui concerne l’enseignement supérieur. Des objectifs qu’elle a regroupé en deux volets. ‹‹ la première constitue une période unique de la deuxième quinzaine du mois de juin pour l’organisation du baccalauréat dans tout les Etats membres afin de lutter contre les inscriptions transfrontalières. La deuxième a pour objet l’adoption du système LMD dans les institutions de l’enseignement supérieur de l’Union ››, a expliqué madame la ministre.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *