Connectez-vous

Politique

Cité balnéaire au PLM Alédjo: le politologue Mathias Hounkpè s’interroge sur la déclaration de Talon

Publié

le

Monsieur le Président, je dois vous l’avouer, je ne comprends pas.

Monsieur le Président, j’ai suivi hier votre interview sur les ondes de l’ORTB et je voudrais, ici, parler de votre position sur ce qu’on devrait faire du PLM Alédjo. Je vous ai écouté sur cela, attentivement, et je dois vous avouer que je ne comprends pas du tout.

Je n’ai pas compris pourquoi la restauration du site du PLM Alédjo et sa transformation en une sorte de musée d’une étape de l’histoire politique de notre cher pays pourrait être en contradiction avec votre projet de création d’une cité balnéaire touristique dans la zone.

M. le Président, je me demande pourquoi les Sénégalais ont conservé toute une île, quasiment en l’état, pour raconter à des générations l’histoire de l’esclavage. Je me demande pourquoi les Américains, qui ont une constitution, adoptée dans des conditions comparables à la nôtre, ont transformé l’espace où elle a été discutée en un Parc de la Constitution où se raconte, de génération en génération, l’histoire politique de leur pays. Je me demande pourquoi les Ghanéens, à l’instar de Gorée au Sénégal, ont conservé quasiment en l’état, pas loin de Cape Coast sur la côte ghanéenne, le fort de El Mina construit par les Portugais de 1482 à 1486. Je me demande encore pourquoi les Sud-Africains conservent intacte Robben Island, l’île célèbre où Nelson Mandela a été emprisonné pendant 18 de ses 27 années de détention. Je me demande encore pourquoi, et pourquoi …

Monsieur le Président, je suis sûr que mon esprit complètement à l’opposé de celui de l’homme d’affaires me joue des tours !

Mathias HOUNKPE

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *