Connectez-vous

Monde

Coronavirus : l’OMS condamne les propos racistes des chercheurs sur le test de vaccin en Afrique

Publié

le


Le directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a condamné avec fermenté les « propos racistes » tenus par des scientifiques français sur un éventuel test de vaccin contre le Covid-19 en Afrique. C’était ce lundi au cours d’une conférence de presse virtuelle depuis Genève.

Les propos tenus par des chercheurs français sur la chaîne de télé LCL continus de faire écho. La dernière personnalité à se prononcer sur le sujet n’est rien d’autre que le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus qui a exprimé son indignation de ce qu’il a entendu.

Questionné sur le sujet par un journaliste nigérian, il a affirmé ceci : « Pour être honnête, j’étais consterné quand j’ai entendu ça. Alors qu’au même moment j’appelais à la solidarité entre les pays. Ce genre de remarques racistes n’aide pas. L’Afrique ne peut pas et ne sera pas un laboratoire de test pour un quelconque vaccin. Nous suivrons les mêmes règles et le même protocole pour tous les essais de vaccins ou de thérapies partout dans le monde. Ce genre de résurgence de mentalité coloniale doit cesser. C’est vraiment une honte d’entendre ça au 21e siècle, et en plus de la part de scientifiques. Tous les êtres humains seront traités comme tels dans la lutte contre le coronavirus ».

Il a ajouté que le continent africain ne saurait être un réservoir d’un quelconque test. « Ce genre de propos racistes ne font rien avancer. Ils vont contre l’esprit de solidarité. L’Afrique ne peut pas et ne sera un terrain d’essai pour aucun vaccin. L’héritage de la mentalité coloniale doit prendre fin. Il est honteux et horrifiant d’entendre des scientifiques tenir ce genre de propos au XXIe siècle. Nous les condamnons dans les termes les plus forts », a conclu M. Tedros.

Les autorités françaises ont également condamné ces genres de propos. Dans un communiqué, le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que leurs paroles « ne reflétaient pas la position des autorités françaises ».

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *