Connectez-vous

Environnement

En pleine crise de coronavirus: Les trafiquants toujours aux trousses des espèces menacées

Publié

le


Les trafiquants font feu de tout bois pour la commercialisation des écailles de pangolins. Or, cette espèce intégralement protégée est soupçonné avoir transmis de coronavirus entre la chauve-souris et l’homme. Malgré cela, une cargaison de 6,16 tonnes d’écailles de pangolins a été saisie le 31 mars 2020 au port de Kelang en Malaisie, selon « Atlas du Business des Espèces menacées  » de Robin des Bois. Ces tonnes d’écailles sont estimées à 17,9 millions d’US$. L’expédition des écailles a été organisée entre des trafiquants africains et des revendeurs chinois en début d’année 2020 après le déclenchement de l’épidémie de Covid-19 en Chine. Il faut signaler que la Chine après la gestion du coronavirus a interdit la consommation de viande des animaux sauvages. Si plus de 6 tonnes d’écailles de pangolins ont été réunies, il faut aisément comprendre que des milliers de pangolins ont été abattus.

Dans les conventions internationales que les pays ont ratifiées, le pangolin est une espèce intégralement protégée. Et si un pays consommateur a interdit la consommation des viandes animaux sauvages à cause de coronavirus, il urge d’en tirer des leçons pour le bien-être de la biodiversité. Non seulement la Malaisie, des trafiquants d’écailles de pangolins ont été arrêtés en début du mois d’avril 2020 au Cameroun.
Au regard de ces faits, le Bénin malgré le cordon sanitaire et les autres mesures mises en place contre le coronavirus, devrait demander aux forces de sécurité publique et surtout à la brigade cynophile, d’être plus éveillées dans les actions de lutte contre la criminalité faunique. Il faut préciser que le Bénin dispose la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin qui punit la commercialisation des trophées d’animaux menacés de disparition.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *