Connectez-vous

Economie

Fourniture de Gaz à l’Espagne : Les États-Unis détrônent l’Algérie

Publié

le

L’Algérie est désormais le deuxième fournisseur de gaz de l’Espagne. Selon l’information du site espagnole «La Informacion» ce vendredi 17 avril 2020, il s’agit d’une première depuis 30 ans. Les Etats-Unis viennent de détrôner leur rivale sur marché espagnol.  

En effet, selon le rapport de l’organisation gestionnaire des réserves en hydrocarbures espagnoles (Cores), les États-Unis ont couvert 27% des besoins espagnols en gaz naturel, contre 22, 6% pour l’Algérie durant le mois de février.

Les statistiques publiées révèlent que les exportations algériennes d’hydrocarbures vers son voisin nord-méditerranéen, ont chuté de 38,4% durant le dernier exercice. Alors que Madrid a importé près de la moitié (48,5%) de ses besoins en gaz naturel d’Algérie en 2018.

On explique cette baisse de la fourniture algérienne par la nouvelle politique d’approvisionnement des ressources mise en place par le gouvernement espagnol, qui était en faveur de Washington, qui a profité pour augmenter ses parts de marchés.

En effet la société qui gère les réserves espagnoles d’hydrocarbures, a révélé qu’un revirement brusque est arrivé en 2019 avec une baisse des achats espagnols en hydrocarbures en provenance de l’Algérie de 38.4%. Sauf qu’en février 2020 les USA ont couvert, 27% des importations espagnoles de gaz naturel soit 7.924 GWh, devenant par la livraison de cette quantité en gaz naturel le premier et principal fournisseur depuis trois décennies. Et l’Algérie est ainsi reléguée à la seconde position.

Le site aliqtisadia.com a annoncé que « Les USA depuis le boom du gaz de schiste et depuis l’arrivée de Donald Trump, ont voulu diversifier leurs clients et marchés étrangers surtout en Europe qui était depuis toujours le marché numéro un de l’Algérie, qui en 2018 a couvert 48,5 % du gaz naturel consommé en Espagne ». Aussi, « L’Algérie est en face d’une compétition déloyale et féroce de la part des plus grands producteurs de gaz (USA, Qatar, Russie) et pétroles (Arabie Saoudite, USA, EAU).

Selon la même source : « Il est temps pour la Sonatrach et l’Algérie de revoir ces contrats et ça façon de négocier avec ces clients pour y inclure de la souplesse et de l’objectivisme car si aujourd’hui, l’Algérie perd presque 50% du marché espagnole (en moins de 12 mois), dans quelques mois on risque de perdre la totalité du marché européen ».

Il faut également rappeler que la reprise des importations du Venezuela, qui ont été multipliées par sept (+561%) durant la période d’octobre 2018/2019 n’a pas arrangé les affaires de la société publique algérienne des hydrocarbures, Sonatrach, acteur majeur dans l’industrie pétrolière et gazière en Afrique, la première entreprise du continent présente à travers sa filiale Sipex (Sonatrach International Production and Exploration Corporation) dans plusieurs pays notamment au Mali, en Mauritanie, en Égypte en Libye et au Niger.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *