Connectez-vous

Afrique

Côte d’Ivoire : la Réaction de Guillaume Soro après la décision de la CADHP

Publié

le


La Cour africaine des droits de l’homme avait demandé la suspension du mandat d’arrêt contre l’ancien premier ministre ivoirien, Guillaume Soro exilé en France. Une décision qui a fait réagir l’intéressé.

La fin du bras de fer entre L’ex rebelle, Guillaume Soro et le président ivoirien, Alassane Ouattara n’est pas pour bientôt. En effet, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a ordonné ce mercredi 22 avril, la suspension du mandat d’arrêt émis par la justice ivoirienne contre Guillaume Soro, actuellement exilé en France. Dans son argumentaire, la Cour africaine note qu’à six mois de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire supposée se tenir fin octobre, alors que Guillaume Soro est candidat, « l’exécution des mandats d’arrêt et de dépôt contre des personnalités politiques (…) risque de compromettre gravement l’exercice des libertés et droits politiques des requérants », peut-on lire dans la décision de la cour adressée à l’État ivoirien.

Le principal intéressé n’a pas manqué d’apprécier cette décision. « La victoire est toujours du côté de la justice », a écrit G. Soro sur sa page Facebook. En plus de lui, cette même cour a ordonné à l’État ivoirien de remettre en liberté provisoire les dix-neuf proches et partisans de l’ancien président de l’Assemblée nationale mis en détention préventive depuis la fin décembre.

Elle lui demande aussi de surseoir à l’exécution des mandats de dépôt contre les dix-neuf autres requérants dont les députés Alain Lobognon, Kanigui Soro, Camara Loukimane, Yao Soumaïla et Soumahoro Kando et Tehfour Kone, candidat malheureux aux municipales de l’an dernier à Abobo, Soul to Soul, le directeur de protocole de Guillaume Soro, ou encore Félicien Sekongo, président du petit parti MVCI.

Advertisement

La plupart d’entre eux sont derrière les barreaux, en détention préventive et répartis dans plusieurs prisons du pays.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *