Connectez-vous

Société

Benin : le journaliste Ignace Sossou condamné à 12 mois de prison avec 6 mois en sursis

Publié

le

Le procès en appel du journaliste qui l’oppose au procureur Mario Métonou s’est déroulé ce mardi 19 mai 2020 comme annoncé au préalable ; il a pris pour 12 mois de prison dont 6 mois ferme et 06 mois en sursis.

Tenue le mardi 05 mai 2020, la deuxième audience du procès en appel du journaliste a eu lieu à la cour d’appel de Cotonou, a l’issue duquel la date du délibéré a été prévu pour ce mardi. En effet, le verdict est tombé, le journaliste Ignace Sossou a été condamné à 12 mois de prison. Ainsi, les différentes parties impliquées dans le dossier qui oppose le journaliste et le procureur Mario Mètonou ont tous répondu présent à cette audience.

Le débat a tourné autour de la qualité d’Ignace Sossou en tant que journaliste tout au long de l’audience en appel. Les avocats de la partie civile ont fait remarqué que « parlant des propos concernant la coupure d’Internet, a-t-il précisé les élections législatives de 2019 ? les … (points de suspension), étaient –ils dans les propos du procureur ? ce n’est pas mot pour mot ce que le procureur a dit ». « Je vous supplie, redorez le blason … », rétorque Maitre Robert Dossou de la défense. L’acte du journaliste Ignace tend à mettre le procureur en difficulté avec sa hiérarchie explique le ministere public en posant le problème de la compétence des journalistes, elle demande au président d’annuler les 18 mois pour le condamner à 12 mois.

Pour la défense ; elle indique que si c’était des tweets qui encensent le gouvernement, le journaliste ne se retrouverait pas en prison, elle poursuit en s’appuyant sur le fait qu’Ignace est officiellement journaliste parce que la législation lui donne droit sans une formation journalistique de base. « Lorsqu’il y a des erreurs dans sa publication, on exige un droit de réponse. On ne poursuit pas », soutiennent les avocats du journaliste Ignace Sossou. Pour Me Robert Dossou de la défense, il n’y aucune infraction. Dans cette logique, il demande la relaxe pure et simple du journaliste.  

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *