Connectez-vous

Afrique

Mali : la fuite de la chanteuse Rokia Traoré prend une tournure diplomatique

Publié

le

La chanteuse vit en France où elle a eu un enfant avec un belge qui après leur séparation ce dernier réclame la garde de leur fils, décidée à ne pas remettre l’enfant à son père, elle s’enfuit de la France au Mali le 09 mai dernier or elle avait interdiction de quitter la France étant sous contrôle judiciaire.

Pour rappel, Rokia Traore a été arrêtée en France le 10 mars 2020 dernier et était placé sous contrôle judiciaire pour ne pas avoir respecté un jugement rendu en 2019, qui exigeait qu’elle remette sa fille âgée de 5 ans à son père belge. En raison de la pandémie du coronavirus, elle était en attente. Pour la cour d’appel de paris, Rokia ne se serait pas rendue au commissariat, le 15 mai 2020, comme son contrôle judiciaire l’y obligeait pourtant chaque semaine.

« J’ai écrit au ministre de l’intérieur pour savoir comment des personnes placées sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire français peuvent quitter celui-ci moyennant des vols privés qui partent du Bourget. Comment c’est possible ? Vous prenez une amende de 130 euros quand vous faites 100 kilomètres en dehors de votre zone de résidence, mais vous pouvez prendre un avion à destination du Mali en partant du Bourget avec je ne sais quel passeport, puisqu’elle l’avait rendu aux autorités françaises ! » s’étonne l’avocat de son ex compagnon de la facilité que la chanteuse Rokia a pu partir pour Bamako en plein confinement.

Par ailleurs, des preuves sont en train d’être réunis par des enquêteurs pour prouver de façon illégale que la chanteuse aurait échappée à la justice française. Rokia doit s’attendre à un autre mandat ajouté à celui de la Belgique. Pour lors la chanteuse serait effectivement partie de la France le 09 mai au bord d’un avion grâce à son passeport diplomatique malien afin d’éviter qu’on lui retire sa fille explique son avocat Kenneth Feliho.

Advertisement

Il met déjà en œuvre une esquive afin d’éviter de probables sanctions à sa cliente. Avant sa confrontation avec la justice française, le gouvernement malien joue sa partition diplomatique afin de tenter d’apaiser les différentes parties qui sont invités et attendus au Mali.  Le but visé est de privilégier l’intérêt de l’enfant âge de 5ans explique Tiebilé Dramé qui a joué la carte du dialogue. Reste à savoir si les deux parties vont répondre à cette invitation .

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *