Connectez-vous

Afrique

Nigeria : le mariage de deux hommes fait du bruit sur les réseaux sociaux

Publié

le

Depuis quelques jours, la toile est en ébullition, après le mariage de deux hommes au Nigéria. Appelé par l’un des mariés une preuve d’amour cela ne reste pas moins une union contre nature.

Les deux hommes qui sont ce sont dit « oui » devant le maire sont Odumegwu et Ebuka. Au fait ; ce dernier a scellé son union avec compagnon, Ebuka, « l’amour de sa vie » pour lui prouver son amour. Légalisé dans plusieurs pays, le mariage gay se transporte en Afrique et est célébré par certains Etats.

Bon nombre d’individus sur le continent s’adonnent à cette union qui fait outrage à l’ordre des choses. En effet, c’est le cas de deux nigérians qui se sont dit « oui » devant les hommes. Chukwuemeka Odumegwu s’est marié à son compagnon, Ebuka, « l’amour de sa vie».

Un évènement grandiose qui s’est déroulé comme un mariage normal avec la présence de leur proche, partisans et de la communauté LGBT. Chukwuemeka, qui est très joyeux et dans le même temps fier de lui après l’officialisation de son mariage, a déclaré l’avoir fait pour prouver à sa famille et aux nigérians qu’il est libre de faire ce qui lui plait.

Il a confié aux médias locaux que « personne ne possède ma vie et personne ne me dira quoi faire de ma vie. Ebuka et moi, nous nous sommes rencontrés à l’école primaire jusqu’à aujourd’hui (…) nous nous aimons à l’époque. Je suis fier de vous dire que je suis homosexuel. Je ne fais pas avec les filles parce que   je les déteste. Ma vie homosexuelle est la meilleure ».

Il poursuit en demandant aux nigérians de ne pas avoir peur de leur homosexualité et de commencer à se rapprocher des garçons quitte à les aimer car pour sa part il est très amoureux de son compagnon.

Par ailleurs ce mariage qui le rend tellement heureux est condamné par les internautes sur les réseaux sociaux et traité de perversité, de l’approche de la fin du monde et pour d’autres comme un péché conte Dieu.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *