Connectez-vous

Economie

Bénin : les travailleurs de la SONACOP licenciés

Publié

le


Les travailleurs de la société nationale de commercialisation des produits pétroliers (SONACOP) ont de soucis à se faire. En effet, l’administration provisoire chargé de la liquidation de cette société, a simplement notifié la porte de sortie aux travailleurs. Ainsi, les agents au siège, dans les dépôts et dans les stations qui ne fonctionnent plus depuis des mois ont été priés de rejoindre la maison.

L’information de leur licenciement leur a été notifiée dans l’après-midi de ce mardi 30 juin 2020 par les responsables de la société. Ayant interpellé l’administrateur sur leurs droits en tant que travailleurs, il leur a été indiqué que la question sera étudiée après.

Pour la nouvelle équipe dirigeante de la société, les travailleurs ont déjà trop de droits à travers leur convention et il faille réviser selon la nouvelle loi votée à l’Assemblée nationale qui encadre les emplois au Bénin.

Il est rappelé que selon le compte rendu fait par le ministre de la communication, Alain Orounla le mercredi 9 octobre 2019, l’administrateur devrait avoir entre autres pour mission, d’établir un état des lieux assorti d’une feuille de route et  sous la direction d’un comité de suivi, chargé de sa bonne application. Alain Orounla avait fait observer que plusieurs options pourraient s’offrir au gouvernement au terme des travaux de l’administrateur provisoire.

Il pouvait s’agir du détachement de certains services dont la distribution. Car, selon le gouvernement : « Depuis plusieurs années, la société est confrontée à de réelles difficultés d’exploitation qui hypothèquent son fonctionnement et perturbent le marché de fourniture de carburant aux consommateurs. Au fil du temps, les différents plans de restructuration mis en œuvre n’ont pas permis de redresser la situation afin de faire jouer à la société son rôle de premier plan dans le secteur… ».

A l’arrivée, c’est un vent de licenciement qui a soufflé sur la Sonacop. Chose pour le moins étonnante quand on sait que récemment, le gouvernement a fait recours à l’entreprise pour juguler la crise de carburant induite par la fermeture des frontières nigérianes. Les travailleurs avaient d’ailleurs tôt fait de remercier le chef de l’Etat et son gouvernement pour l’option de l’administration provisoire en raison du caractère stratégique du secteur des hydrocarbures et de l’obligation d’y assurer le service public.

« Vous venez de délivrer des centaines de famille, des milliers de personne en détresse par rapport à la situation de la Sonacop dont le dénouement était dans une incertitude effroyable. Vous nous avez fait passer de la liquidation, de la dissolution, de la privatisation sauvage à une administration provisoire pour une restructuration », avait déclaré Mireille Elvire Hounségbé au nom de ses pairs.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *