Connectez-vous

Afrique

Mauritanie : Emmanuel Macron au sommet du G5 Sahel

Publié

le

Le président français, Emmanuel Macron prendra part ce mardi 30 juin au sommet des dirigeants du G5 Sahel à Nouakchott, en Mauritanie. Ils seront également à ce rendez-vous : les représentants de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat et l’Oif Louise Mushikiwabo. Ainsi que Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez et par visio-conférence avec d’autres dirigeants italien et allemand.

En effet, le 13 janvier dernier, la France et ses partenaires sahéliens se sont retrouvés à Pau et plusieurs mesures ont été prises notamment contre l’État islamique au grand Sahara (EIGS), et dans la région des « trois frontières » à savoir Mali, Niger, Burkina. L’heure est donc au bilan.

Il s’agira au cours du sommet à Nouakchott, de faire un point sur la stratégie engagée, il y a près de six mois, lors de la rencontre à Pau, dans le sud-ouest de la France. Selon l’Elysée ce semestre a été propice pour l’opération Barkhane et même si les acquis sont « fragiles », le cabinet présidentiel indique que « la victoire est possible » au Sahel.

Il faut noter qu’après la rencontre du 13 janvier à Pau, la force Barkhane a été renforcée par 500 hommes, multiplié les opérations et modifié son mode d’action.

Car, pour débusquer les groupes terroristes, il a été décidé qu’il y aurait désormais moins de patrouilles composées de convois lourds et lents mais d’une présence sur le temps long. Ainsi, ces derniers mois, plusieurs terroristes ont été neutralisés dont Abdelmalek Droukdel, le chef d’Aqmi, tué le 3 juin 2020. Au niveau de la zone des « trois frontières », la force Barkhane et ses alliés sont devenus plus assurés et craints par les terroristes.

Des priorités au cours ce sommet

Selon le Directeur du centre Afrique subsaharienne de l’Institut français des relations internationales (IFRI), Alain Antil, plusieurs priorités doivent être abordées au cours de ce sommet qui réunit les pays du G5 et leurs partenaires de la communauté internationale.  

Deux problèmes se sont révélés ces derniers mois. Il s’agit d’une part des exactions contre les civils par les Forces armées nationales et les détournements des budgets militaires et des pots-de-vin versés lors des contrats d’armement.

« Les présidents du G5 ont fait un appel à une annulation pure et simple de la dette africaine, et de celle en particulier du G5. Mais je pense qu’au-delà de l’annulation de la dette, nous avons besoin d’argent frais. », a déclaré le ministre mauritanien des Affaires étrangères et président du conseil des ministres du G5 Sahel, Ismael ould cheikh Ahmed, qui insiste les questions du terrorisme et de la sécurité qui vont de pair avec « les questions de développement et la lutte contre la pauvreté », car à l’en l’en croire cette pandémie perturbe ces économies déjà très fragiles.  

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *