Connectez-vous

Education

Examen au CEP au Bénin: Des centres d’examen inondés

Publié

le

En saison pluvieuse, certaines écoles de Cotonou présentent des conditions indescriptibles et difficiles d’accès pour les élèves. A quelques jours de l’examen du Certificat d’Etudes primaires (Cep), l’état de la cour et les salles de composition de certains centres d’examens laisse sans voix. Reportage !

Une marrée à des étendues de mètres, des toitures usées et perforées, laissant couler l’eau dans les salles de classe. C’est l’image que présentent certains centres de compositions à 4 jours de l’examen du Certificat d’études primaires, session de juillet 2020. Au complexe scolaire Mènontin Sud, le constat est frappant. La cour de l’école est inondée après quelques jours de pluie. Impossible d’accéder à l’école à pieds. Sur les 3 sorties dont dispose cette école composée de trois groupes, une seule est accessible. Motos et véhicules traversent ladite cour, comme un lac.

Au complexe scolaire de Hindé ll, le constat est complètement différent de celui de Mènontin. Hindé ll est un centre de composition constitué de 13 salles. Après plusieurs jours de pluies diluviennes, l’école se trouve inondée. Vu que le sol est hydromorphe, l’eau disparaît après quelques heures. La plus grande difficulté que rencontrent les élèves de cette école, c’est l’état avancée de dégradation des toitures. Créée depuis 1975, les infrastructures de cette école se trouvent aujourd’hui dans un délabrement très prononcé. La plupart des salles de classe sont décoiffées exposant les apprenants au soleil et à la pluie. Au dire de Marc Aïdo Tossou, Directeur du groupe A dudit complexe, « Nous avons adressé plusieurs requêtes à la mairie de Cotonou en vue de la réfection des salles de classes de l’école. Mais nos demandes sont restées lettres mortes ». Pour Ibidoun Santos, directrice du groupe B, « la construction de plusieurs salles de classe pour le compte du groupe C a démarré depuis plusieurs mois, mais n’a jamais été achevée ». Conséquence, les enseignants se trouvent dans l’obligation de demander l’aide des populations pour l’aménagement de cette école. Avant la composition des examens blancs du Cep, quelques toitures ont pu être réparées grâce aux conseillers locaux qui ont fait un don de 10 feuilles de tôles et des paquets de pointes galvanisées.

Il faut noter que les Organisations non gouvernementales et des clubs-services contribuent à l’amélioration des conditions d’études des élèves de cette école. La construction de la maternelle et les équipements de lavage des mains dont dispose le complexe scolaire ont été possibles grâce à ces derniers.

Pas de toilette au Cs Hindé II

Outre les problèmes de toitures, le complexe scolaire Hindé ne dispose plus de toilettes. « Ces toilettes ont été détruites par le génie militaire lors des travaux d’aménagement de la berge lagunaire. Cette situation oblige certains élèves à déféquer en plein air, polluant ainsi leur cadre de vie scolaire. D’autres prennent le risque d’aller déféquer dans les caniveaux ou la lagune. Ce faisant, ils s’exposent à la noyade », laisse entendre le Directeur du groupe A. A ce jour, le complexe scolaire ne dispose que d’une seule toilette mobile offerte par l’une des Ongs qui leur viennent en aide. Dans le cadre des préparatifs des examens, enseignants, et élèves de ladite école ainsi que les conseillers locaux ont organisé une campagne de salubrité afin de permettre aux candidats de composer dans un environnement sain. Malgré l’effort fourni pour aménager ce lieu, beaucoup reste à faire.

Ladji II, voie d’accès impraticable

Le centre de composition du complexe scolaire Ladji II est constitué de 18 salles. Il est le plus grand centre de la circonscription de Cotonou Lagune, région 29. Malgré la saison pluvieuse et le quartier dans lequel se trouve ce centre, il n’est pas inondé pour autant comme c’est le cas dans certaines écoles. Les salles de classe du complexe scolaire ont été construites en altitude en raison des inondations à répétition. Ce n’est qu’en période de crue que cette école se trouve inondée. A en croire Dorothée Aïko Yehouenou, Directrice Ladji/D, « l’Etat a prévu des motopompes pour évacuer l’eau de l’école en cas d’inondation. » Les difficultés que rencontrent les élèves de cette école en saison pluvieuse est entre autres liée à l’état de la voie. La voie qui mène à ce complexe est impraticable.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *