Connectez-vous

Monde

Hongkong : Le Congrès américain ratifie des sanctions contre la répression

Publié

le

Le Congrès américain a adopté ce jeudi 2 juin, une loi prévoyant de sanctionner les responsables chinois appliquant les nouvelles règles sécuritaires répressives contre Hongkong, et par la même occasion cibler les banques qui les financent.

En effet le Sénat, à majorité républicaine, a approuvé ce texte à l’unanimité. La Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, l’avait approuvé le mercredi dernier à l’unanimité également.

Cette loi a été promue et soutenue à la fois par les républicains et les démocrates, désireux de renforcer la pression sur Pékin au-delà des mesures déjà communiquées par le gouvernement américain depuis que la Chine a annoncé, puis promulgué mardi, une loi sur la sécurité nationale dans l’ex-colonie britannique. 

A cet effet le sénateur démocrate Chris Van Hollen, co-auteur de la loi, a souligné dans l’hémicycle « l’urgence » de la situation à Hong Kong.  

Pour le républicain  Patrick Joseph Toomey, co-auteur avec ce dernier, la loi envoie « le message que les Etats-Unis et le monde libre ne veulent plus ignorer les pires agissements » de Pékin.

Si Donald Trump le promulgue, le texte adopté au Congrès américain permettrait à Washington de sanctionner « toute personne impliquée dans des actes s’attaquant aux libertés fondamentales qui ont été promises au peuple de Hong Kong », a-t-il ajouté.

Pour rappel, la loi sur la sécurité nationale promulguée par le président chinois Xi Jinping,  fait craindre à l’opposition hongkongaise un recul des libertés inédit depuis la rétrocession à la Chine par le Royaume-Uni de ce territoire, en 1997.

Pour les Etats-Unis comme pour d’autres pays occidentaux en occurrence le Royaume-Uni, il s’agit en effet surtout de museler l’opposition après les manifestations monstres de l’an dernier, qui visaient à dénoncer l’influence du gouvernement.

Notons que cette  loi voté par le congrès devra encore être promulguée par le président Donald Trump pour entrer en vigueur. Néanmoins la Maison Blanche n’a pas indiqué s’il comptait le faire ou mettre son veto.

Stéfano BESSAN (Coll.)

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *