Connectez-vous

Afrique

Assassinat de 180 individus au Burkina-Faso : L’ONG Human Right Watch dénonce l’implication du pouvoir exécutif

Publié

le

Plus d’une centaine d’hommes sont passés de vie à trépas ces dernières périodes à Djibo, une région située dans le nord du Burkina-Faso. Revenant sur les faits, l’organisation non gouvernementale Human Right Watch suggère l’implication des forces de sécurité gouvernementales burkinabè.

L’information a été vite relayée sur les différentes plateformes de communication ce mercredi 8 juillet 2020. A en croire le contenu du rapport, l’ONG Human Right Watch (HRW) dénonce l’implication des forces armées burkinabè dans des exécutions extrajudiciaires de 180 personnes à Djibo, dans le nord du Burkina Faso.

L’organisation estime que « Des fosses communes contenant au moins 180 corps ont été découvertes au cours des derniers mois, et les preuves disponibles suggèrent l’implication des forces de sécurité gouvernementales dans des exécutions extrajudiciaires de masse ». Selon les habitants du village, la majorité de ces victimes sont les Foulani et les peuls que recrutent parfois les Djihadistes pour commettre leurs forfaits.

Corinne Dufka, Directrice de l’ONG a ajouté que, « Les autorités du Burkina Faso devraient dévoiler de toute urgence qui a fait de Djibo un terrain d’exécutions sommaires…Les informations existantes désignent les forces de sécurité gouvernementales, il est donc essentiel de mener des enquêtes impartiales » a-t-elle ajoutée. Pour rappel, ces massacres ont déjà fait plus de mille morts depuis 2015 et a contraint des milliers de personne à l’exil dans ces régions.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *