Connectez-vous

Afrique

Mali : Les manifestations sont loin d’être terminé malgré les appels l’imam Dicko

Publié

le

Les manifestations des partisans de la coalition d’opposition continuaient dans les rues de Bamako le dimanche 12 juillet, malgré les appels au calme lancés dans l’après-midi par l’imam Mahmoud Dicko.

En effet, il n’y a pas eu de confrontation directe entre Bamakois et forces de sécurité tirant à balles réelles comme les jours précédents, mais une situation volatile lourde de menaces.

En revanche, c’était autour de la mosquée où prêche l’imam Mahmoud Dicko que se sont déroulés dans la soirée du samedi, les affrontements les plus sanglants. Ses partisans en ont transformé les abords en camp retranché, inquiets que les forces de sécurité ne viennent l’arrêter comme d’autres leaders de la contestation depuis vendredi.

A cet effet, au moins sept personnes tuées selon des sources hospitalières. L’imam, personnalité nationale très écoutée et bête noire du pouvoir, a pour sa part appelée au calme.

Advertisement

« Je demande encore une fois à la jeunesse malienne de faire preuve de retenue et de calme », a-t-il dit à un correspondant de l’AFP.

« La lutte continue », pour la « refondation » du Mali et contre « la corruption endémique qui est en train aujourd’hui de mettre notre pays à genoux », a-t-il ajouté, mais elle doit continuer « dans la patience » et les « bonnes manières ».

Toutefois, ce même samedi soir, dans sa quatrième allocution en un mois, le chef de l’Etat a annoncé la dissolution de la Cour. Il a aussi ouvert la voie à des législatives partielles là où la Cour a invalidé les résultats, suivant en cela les recommandations d’une mission de bons offices des Etats membres du CEDEAO.

Pour rappel, le mouvement revendique : la dissolution du Parlement, la démission des juges de la Cour constitutionnelle, la formation d’un gouvernement dont il nommerait le Premier ministre et, au bout du compte, le départ du président.

L’escalade en cours, alarme en effet les alliés du Mali. Ces derniers sont inquiets de cet élément déstabilisateur de plus dans un pays confronté au djihadisme et à une série de défis majeurs.

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *