Connectez-vous

Afrique

Mali : Échec de la mission de la CEDEAO

Publié

le


La mission de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), conduite par l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, n’a pu parvenir à ramener le calme au sein de la famille politique malienne.

En effet, après plusieurs séances d’échanges entre une délégation du M5-RFP, qui est le principal parti d’opposition conduit par l’imam Dicko, et les membres du régime du président Ibrahim Boubacar Keita les 16 et 17 juillet 2020, aucun accord n’a été trouvé.

Dans un communiqué, le M5-RFP a affirmé que «tout au long des discussions, il a réitéré ses demandes formulées dans différentes déclarations, dont notamment, la démission de Ibrahim Boubacar Keita des fonctions de président de la République avec son régime corrompu». Une condition non négociable, puisque selon eux le président actuel a montré ses limites dans la gestion du pays.

« Cette exigence de démission est fondée sur l’incapacité avérée de Ibrahim B. Keita à redresser le Mali, sa gouvernance ayant conduit à la perte de l’intégrité territoriale et à la dislocation de l’unité nationale, sa perte de légitimité, les violations graves des droits et libertés, et plus récemment les massacres perpétrés par les forces antiterroristes (FORSAT) contre des manifestants aux mains nues jusque dans les lieux de culte », peut-on lire dans le communiqué.

Advertisement

Pour rappel, la Cedeao avait proposé un plan de sortie de crise décliné en quatre points. Il s’agit notamment du « maintien du président IBK en place et une nouvelle cour constitutionnelle dont les membres comprendront 3 profils issus de la magistrature, 3 personnes cooptées par le président de la république et 7 personnes choisies par les forces vives de la nation. De même, un gouvernement d’union nationale dont la moitié des membres sera nommée par le président, devait être mis en place pour enquêter sur les différentes tueries lors des manifestations. Et, enfin, l’Assemblée nationale nouvellement reconstituée sera présidée par son actuel président s’il est confirmé par la Cour constitutionnelle ou désignera son nouveau président lequel choisira les 3 membres restants de la Cour. ››

La mission de la Cedeao a prolongé son séjour de 24h pour tenter de concilier les deux parties.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *