Connectez-vous

Afrique

Soudan : découverte de 28 corps d’officiers auteurs d’un coup d’Etat raté en 1990

Publié

le

Les corps de 28 officiers de l’armée soudanaise, auteurs d’un coup d’État raté en 1990 contre l’ex-président Omar el-Béchir, ont été découverts, a annoncé le jeudi 23 juillet 2020 le procureur de la république, Tagelsir Al-Hebr.

Après trois semaines de recherches, les corps ont été localisés dans une fosse commune à Omdourman, ville jumelle de Khartoum. Il s’agit ainsi du second charnier découvert depuis la chute de l’autocrate, qui a dirigé le pays avec une ferme rudesse durant trente ans.

En effet, c’est sur la base d’informations recueillies par une commission d’enquête mise en place par les services du procureur, après le renversement d’Omar Al-Bachir, que la fosse commune a été trouvée. Ces officiers avaient encerclé le quartier général de l’armée ainsi que plusieurs casernes avant d’être arrêtés et exécutés sommairement.

Pour rappel, en mi-juin, la commission chargée d’enquêter sur les meurtres commis dans le camp militaire d’Ailefoum, au sud-est de Khartoumn, avait également mis au jour une fosse commune renfermant les corps de dizaines de soldats. Ces derniers ont été exécuter en 1998 par le régime d’Omar Al-Bachir alors qu’ils tentaient de déserter le pays.

Rejetant les accusations qui leur étaient adressées, les autorités soudanaises partisans d’Omar Al-Bachir d’alors, avaient affirmé que les jeunes soldats étaient morts noyés dans le Nil bleu. Officiellement, 55 corps ont été repêchés après que le bateau transportant les conscrits eut coulé.

Cette version officielle a rapidement été contestée par des rescapés, des familles de victimes qui n’ont jamais reçu les dépouilles de leurs proches, ainsi que plusieurs groupes d’opposition qui estiment à des centaines le nombre de victimes. Toutefois, l’ex président soudanien et les 27 autres accusés risquent la peine de mort pour avoir renversé le gouvernement démocratiquement élu du premier ministre Sadeq Al-Mahdi, il y a 31 ans de cela.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *