Connectez-vous

Société

Suspension des médias en ligne par la HAAC : Alain Orounla dans les locaux de Prosper Moretti

Publié

le

Ecoute et disponibilité. La Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (Haac) garde une ouverture d’esprit. C’est du moins ce qu’on retient au terme de l’audience accordée par l’institution au ministre en charge de la communication et de la poste, Alain Orounla, le vendredi 24 juillet 2020. Une rencontre consacrée entre autres à la décision de suspension de médias en ligne le 7 juillet dernier par la Haute autorité.

« J’ai été à la rencontre d’un président de la Haac et des conseillers hospitaliers, attentifs et soucieux du bien-être des agents des médias », a affirmé Alain Orounla avant d’ajouter  que cette disponibilité à respecter le droit des professionnels, est frappée d’un impératif, celui de les rappeler à leur devoir et c’est dans le cadre de ce devoir d’assainissement des médias en ligne, qui jusqu’à présent, n’ont pas un cadre de régulation, que cette décision a été prise par la Haac pour un meilleur environnement.  

« J’ai obtenu du président de la Haac, des assurances pour un retour rapide à la normale, quand on aura élaboré un cadre pertinent et approprié afin que les professionnels des médias en ligne puissent exercer dans un bel environnement leur art ».

Il a également été question au cours de ces échanges entre le ministre de la communication, Alain Orounla et le président de la Haac, Prosper Moretti et ses pairs, de l’aide de l’Etat aux médias privés. A ce sujet, le ministre de la communication se veut aussi rassurant.  « La Haac va jouer sa partition afin que le plaidoyer des professionnels des médias soit porté aux autorités compétentes et que l’aide qui doit être apportée au développement des médias privés soit effective », a-t il affirmé.

Les yeux des professionnels des médias sont désormais rivés sur les éventuels retombées de cette audience du ministre Alain Orounla au siège de la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (Haac) à Cotonou.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *