Connectez-vous

Culture

Championnat scientifique de la Contracculturation : le Professeur Raymond Assogba opte pour la promotion de la culture scientifique

Publié

le

Sous le parrainage du Professeur Raymond Assogba, Dr en Sociologie et Anthropologie et boologue à l’Université d’Abomey Calavi (UAC), s’est déroulé la première édition du championnat scientifique de la « Contracculturation ». L’événement a eu lieu le samedi 25 juillet 2020, dans l’amphithéâtre Houdégbé à l’Uac.

Lutter contre l’acculturation des africains. C’est l’objectif visé par le Sociologue en développant une nouvelle théorie qui est la « Contracculturation ». À travers cette pensée philosophique, l’auteur veut montrer qu’il est important de toujours garder sa tradition malgré l’influence de la culture occidentale en Afrique. Et pour se faire, il a initié un championnat scientifique sur cette théorie qui est à sa première édition.

Ainsi, après une phase de présélection, cinq masterants ont été retenus pour présenter leur exposé sur les différents aspects de ce nouveau concept qu’est la « Contracculturation ».

Tour à tour, les cinq candidats ont développé des thèmes respectivement sur « l’Afrique face au défi du développement : Des théories aliénantes à la Contracculturation valorisante », « Les sociétés africaines sous l’influence des théories du développement », « zoom sur la théorie de la Contracculturation ».

L’un des candidats en Anthropologie de santé, a affirmé que cette théorie peut l’aider dans la rédaction de sa thèse de doctorat. Son travaille s’est basé sur l’ethnie Aïzo d’allada.

Présent au cours de la cérémonie, le professeur Raymond Assogba, a expliqué ce qu’est cette nouvelle théorie qu’il a conçu. ‹‹ La Contracculturation permet de Prendre en compte la dynamique des « Djôwamon »››. À l’en croire, le ‹‹ « Vodoun » peut aider à développer le Bénin, et il faut qu’on privilégie ce qui est endogène, qu’ont mettent en avance la politique publique par le Tolêgba››, qui est une divinité incontournable dans la sécurité des personnes et des biens. Il a pour finir inviter au retour de nos traditions endogènes.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *