Connectez-vous

Afrique

Mali : la junte militaire à l’épreuve du pouvoir

Publié

le

Le Mali n’est pas au bout de sa crise politique qui anime l’actualité de ce pays depuis quelques mois. En effet, après le coup d’État opéré par la junte, et qui a vu le président Ibrahim Boubacar Keita chassé du pouvoir, l’on croyait que les choses iraient désormais mieux dans ce pays, mais ce fut le contraire. 

Après de multiples concertations enclenchées par la junte pour discuter de la transition, les résultats n’ont pas été celui espérés par le peuple malien ni du mouvement de contestation le M5-RHP, qui est une coalition d’opposition qui a mené des manifestations de masse au Mali avant le coup d’Etat.

La junte, après avoir pris trois jours pour mener les discussions avec l’opposition et les organisations de la société civile, a décidé d’une transition de 18 mois qui sera dirigée par un militaire où un civil. 

Mais le groupe M5-RFP, qui a pris part aux négociations, a considéré que le document qui résulte de ces discussions était une tentative des dirigeants militaires de « s’emparer du pouvoir et de le confisquer ». Il souligne également que le document « ne reflète pas les vues et les décisions du peuple malien ».

Notons qu’avant cette décision finale rendue publique par la junte, la Cedeao avait exigé de la junte que le président de la transition soit un civil, mais les dirigeants militaires disent qu’un civil ou un soldat peut remplir ce rôle. De plus, il est également dit dans la charte qu’un organe législatif de la transition doit être mis en place. Il sera composé des membres du M5-RFP. 

Ce que l’opposition ne trouve pas pertinente. Les prochains jours nous édifieront plus sur cette actualité au Mali.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *