Connectez-vous

Politique

Guerre au sein de l’opposition béninoise : Nicéphore Soglo « Ce spectacle est indigne du sacrifice que consent notre peuple »

Publié

le

L’ancien président de la République, Nicéphore Soglo ne se retrouve pas dans la guéguerre entre les acteurs de l’opposition. Il s’indigne. A en croire, ‘’ce spectacle est indigne du sacrifice que consent notre peuple chaque jour face aux actes de prédation des libertés publiques et des ressources publiques sous le régime dit de la « Rupture »’’. Il faut noter que depuis quelques jours, deux principaux acteurs de la résistance au régime de Patrice Talon à savoir, Léon Basile Ahossi Vice-président du parti Les Démocrates et Candide Azannaï, président du parti Restaurer l’Espoir se battent comme des chiffonniers. L’ancien président de la République vient sans doute siffler la fin de la récréation. « Au nom de tous ces compatriotes solidaires de notre combat, nous nous devons de taire les contradictions vaines et secondaires, ou à défaut, de leur trouver des tribunes internes pour leur règlement et leur expression ».

Communiqué de presse du président Nicéphore Dieudonné Soglo

Cotonou, le mercredi 23 Septembre 2020

Il m’a été donné de constater depuis quelques jours dans la presse et sur les réseaux sociaux, une polémique entre responsables influents de la Résistance au régime du Président Patrice Talon.

Ce spectacle est indigne du sacrifice que consent notre peuple chaque jour face aux actes de prédation des libertés publiques et des ressources publiques sous le régime dit de la « Rupture ». Ce n’est pas à des responsables du niveau de ceux qui s’adonnent piteusement à ces agissements aujourd’hui que je vais enseigner que ce faisant, ils ne rendent aucun service aux martyrs des violences gratuites à Cotonou, Savè, Tchaourou, Parakou, Kandi ou dans nos universités, notamment à Abomey-Calavi où le jeune Djaho a été lâchement abattu sans qu’aucune institution de la République ne réclame éclairage et justice.

La Résistance à Patrice Talon et son régime s’est donnée pour mission d’entretenir l’espérance auprès de ces millions de Béninois accablés de taxes iniques, de terreur et de souffrances diverses.

Au nom de tous ces compatriotes solidaires de notre combat, nous nous devons de taire les contradictions vaines et secondaires, ou à défaut, de leur trouver des tribunes internes pour leur règlement et leur expression. Inutile d’en rajouter à la colère du peuple de plus en plus montante du fait de l’arrogance et de la gloutonnerie de la gouvernance actuelle.

Nous ne devons jamais perdre de vue que les bégaiements actuels de notre Démocratie font le lit aux ennemis de la marche de notre peuple vers son affranchissement total de toute forme de domination. Au-delà des enjeux nationaux, c’est toute notre sous-région qui est à la croisée des chemins. Car nous sommes les héritiers de la traite négrière et de la balkanisation de l’Afrique exactement comme ce fut le cas de l’Indochine méthodiquement dépecée en Vietnam du Nord, Vietnam du Sud, Laos, Cambodge et j’en passe.

L’espoir pour notre sous-région aujourd’hui comme hier, c’est la fédération du Nigeria qui a pu échapper à cette furie destructrice de la Françafrique en mettant en échec la sécession du Biafra en 1970. Pas étonnant que ce même Nigeria soit la locomotive de toute l’Afrique aujourd’hui. Nous n’aurons jamais de cesse de rappeler d’ailleurs l’opportunité pour notre pays le Bénin, de faire partie du quadrilatère Nigeria-Bénin-Togo-Ghana à qui incombe le devoir historique de mener toute la sous-région Ouest africaine vers son développement et son unité. La Résistance à Patrice TALON, c’est aussi être porteur d’un projet de restauration de notre génie aussi bien à l’échelle nationale qu’Africaine. Il n’y a donc pas de place au nombrilisme qui a déjà causé trop de dommages à notre nation.

La lutte ne paiera que dans l’union et la cohésion contre les agents de notre asservissement et de notre appauvrissement. Ils sont là, nous les connaissons, nous les combattrons jusqu’à leur anéantissement, et comme je me plais à vous le dire, « nous allons vers la terre promise ».

Vive la Résistance !

Vive la Démocratie !

Vive le Bénin !

Je vous remercie.

Nicéphore Dieudonné SOGLO

Ancien Président de la République

Ancien Maire de la ville de Cotonou

Vice-Président du Forum des Anciens Chefs d’Etats et de Gouvernements d’Afrique,

Créé en 2006 à Maputo sous le haut patronage de Nelson MANDELA

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *