Connectez-vous

Afrique

Lybie : Les révélations d’un photojournaliste sur les trafics d’êtres humains

Publié

le

Narciso Contreras, photojournaliste d’origine mexicaine sur Rfi a fait des révélations sur des trafics d’êtres humains dans les centres aux mains de milices en Lybie.
En Lybie, dans les centres aux mains de milices, on assiste à des scènes macabres. « L’homme allongé par terre s’appelle Ibrahim Mussa. Nous sommes dans le centre de détention de la ville de Sorman, à l’ouest de Tripoli, en mai 2016. Il se tord de douleur parce qu’il a un cancer de l’estomac, au stade terminal. En plus, il n’a pas mangé les jours qui ont précédé cette photo », a-t-il raconté. Le photojournaliste poursuit : « Son ami tente de l’aider à se relever, mais sa douleur est trop forte. Personne ne semblait pouvoir faire quoi que ce soit pour l’aider. Ils sont restés là jusqu’à ce qu’on les ramène à un bus avec un groupe et qu’ils soient emmenés quelque part, je ne sais pas où, même si j’ai bien posé la question ». Selon lui, cette image décrit à mon sens parfaitement les conditions dans lesquelles vivent les millions de migrants en Libye et les demandeurs d’asile, notamment ceux qui sont malades.
Il raconte une autre scène vécue : « Je rencontre un homme dans la vieille ville de Tripoli, qui est un énorme point de regroupement pour les migrants, clandestins ou non. Il est au téléphone avec un ami ou l’un de ses frères en détention dans un centre. Le commandant lui demande d’apporter de l’argent comme condition de sa libération ». Pour le chasseur d’image d’origine mexicaine, c’est un témoignage en direct et une preuve d’extorsion de fonds pour libérer un homme. « J’ai collecté plusieurs témoignages de la sorte. C’est du trafic d’êtres humains », a-t-il conclut. Ce photojournaliste expose à la Tapisserie de Bayeux à Calvados jusqu’au 5 novembre prochain dans le cadre du prix des correspondants de guerre. Narciso Contreras a couvert nombreux conflits et leurs conséquences humanitaires dans d’autres pays comme Syrie et Yémen.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *