Connectez-vous

Actualité

Terrorisme au Mali: l’armée française réaffirme son engagement

Publié

le

L’armée française est engagée plus que jamais dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Le général François Lecointre, chef d’Etat-major des armées françaises, a rappelé devant la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat français, que la France continuera à combattre les terroristes.

« Il y a des propos qui ont été tenus au moment de la libération de Mme Pétronin qui, me semble-t-il, risquent de fausser l’appréciation qu’on doit avoir de la situation au Mali, de l’engagement des armées françaises », a déclaré le général Lecointre en ce qui concerne les récentes attaques dans le pays.

A l’en croire, « Il s’agit bien d’une organisation terroriste internationale et, pour la partie de cette organisation qui sévit au Mali, entre autres, d’une organisation terroriste et de groupes terroristes qui ont fait allégeance à Al-Qaida ». « il doit être très clair pour l’ensemble des familles qui ont perdu des leurs dans le combat que nous menons au Mali depuis des années que notre combat reste le même et qu’il est tout aussi légitime qu’il l’était », a-t-il cependant notifié. Par ailleurs, le général a indiqué que les 200 prisonniers djihadistes libérés en échange de plusieurs otages, étaient bien membres des groupes terroristes que la France combattra toujours.

Après les libérations, les hostilités reprennent

Notons que suite à ces échanges d’otages, trois attaques consécutives ont été perpétrées par Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) affilié aux groupe d’al-Qaïda. Ces attaques revendiquées le mercredi 14 Octobre par l’homme à la tête du GSIM, Aqmi  signale la fin de la période de répit. Pour rappel, Onze soldats maliens dont neuf ont été tués dans l’attaque qui a visé le camp de Sokoura dans le cercle de Bankass le mardi dernier.

Les deux autres ont quant à eux trouvés la mort dans l’embuscade qui a été tendue aux troupes envoyées en renfort au niveau du pont de Parou. De son côté, l’armée malienne précise avoir abattu 13 terroristes et détruit deux véhicules au cours de sa riposte.

De même un bus  de transport a été pris pour cible sur le même axe routier, entre Bandiagara et Bankass. Douze civils ont été tués. La Minusma, la mission des Nations unies dans le pays, a évacué 14 blessés, civils et militaires, selon le dernier bilan communiqué en date du mercredi  par l’armée malienne.

Il urge de croit que les négociations entamé entre les groupes terroriste dans le pays n’ont pas empêché ces belligérances de se poursuivre.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *