Connectez-vous

Politique

22ème circonscription électorale : l’Union Progressiste dans une guerre de génération

Publié

le

L’Union progressiste (UP) est au bord de l’implosion dans la 22ème circonscription électorale. A quelques mois de la présidentielle, où l’heure est à la mobilisation générale au sein des états-majors des partis, l’UP est en proie à une guerre de génération dans le département du Plateau. Le dernier acte qui prouve que les positions sont tranchées, est relatif à la nouvelle opération de distribution des cartes de membres lancée par les instances dirigeantes du parti dans la commune de Pobè. Si ailleurs la cohésion a été de mise et suscité l’engouement des militants, c’est tout le contraire sous la coordination du Plateau.

En effet, conformément à la note portant Directives relatives à la distribution des cartes de membres du parti, signée par le président Bruno Amoussou le 13 octobre 2020, les Coordinations départementales assurent la supervision des opérations dans leur aire de compétence et facilitent leur exécution. Mais de source digne de foi, cette Coordination de Pobè présidée par Tadjou Akadou n’a pas le contrôle de l’opération, car certains jeunes ont décidé de surpplanter les organes décentralisés du parti, et faire cavalier seul. La politique de ‘’ôte-toi pour que je m’y mette’’ a pris corps dans la 22ème circonscription électorale. C’est presque une guerre ouverte entre les générations. Selon la note signée par le patriarche Bruno Amoussou, cette opération devrait durer du 15 au 31 octobre 2020. Mais les querelles internes au parti dans le département du plateau ne sont pas de nature à faciliter l’atteinte des résultats. Les militants ne savent plus en réalité, à quel saint se vouer. Un troupeau qui n’a pas de chef est destiné à la perdition.

Le gène de la division déchire sans aucun doute la famille UP de la 22ème circonscription. Ainsi, quand à quelques mois de la présidentielle de 2021, les partis s’organisent pour davantage sécuriser leurs bases au sein de l’Union progressiste, dans le plateau, la division est la chose la mieux prisée. L’adage populaire dit que c’est à l’ancienne corde qu’il faut tisser la nouvelle, et s’il est vrai que le parti n’a pas fait piètre figure lors des législatives de 2019 et des communales de 2020, c’est que la conjugaison des efforts a été bénéfique. Aristote disait qu’il n’y a pas de génération spontanée et en politique, il faut une synergie d’actions. Cette jeunesse en quête de pouvoir, pourra-t-elle à elle toute seule relever les défis des prochains enjeux électoraux ? Ce n’est pas si sûr. A quel avenir est prédestiné un grand parti qui peine à jouer la carte de l’apaisement et rassembler sa famille ? L’idéal politique appelle une addition. D’ailleurs, comment un parti qui se veut dans « l’Union » peut-il s’illustrer de la sorte dans la jungle politique.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *